Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Échec de la gauche à New York | Accueil | Une question d'abord démographique »

mercredi 23 nov 2022

Commentaires

Helveticus

Je comprends qu'on reproche à Macron une politique illisible, baratineuse, vaine, etc. Il aurait fallu qu'il sache quelles sont les capacités de la France, quasi inexistantes sauf pour des opérations expéditionnaires en Afrique. Mais je ne comprends pas que vous lui reprochiez d'en faire trop peu. En réalité il en fait beaucoup trop.

Même si la France avait une vraie puissance militaire (pas seulement une force nucléaire, qui ne dissuade que le nucléaire et pas les menaces conventionnelles), et une vraie puissance militaire cela voudrait dire plus d'un million d'hommes mobilisables très rapidement, instruits et armés avec toute la munition et la logistique pour soutenir une guerre longue et de haute intensité en Europe, même avec une telle défense digne de ce nom, la France aurait du s'abstenir de toute immixtion quelconque dans le conflit irrédentiste aux marches de la Russie. Ni de Gaulle, ni Mitterrand n'auraient jamais fait une telle politique aventuriste, à plus forte raison si on considère que la France est pratiquement désarmée.

Par conséquent, l'Ukraine étant pour la Russie un enjeu existenciel, et ça on le savait depuis 30 ans, si on prétendait lui interdire d'intervenir dans son arrière-cour on DEVAIT accepter d'entrer en guerre directement avec elle. Si l'on ne voulait pas le faire, alors il fallait s'écraser exactement comme Claude Cheysson l'avait fait quand le général Jaruselski avait fait son coup d'état en Pologne, en disant: "bien entendu nous ne ferons rien". Toute autre attitude n'est que gesticulation, moulinets avec un sabre de bois, péter plus haut que son cul et bellicisme irresponsable.

Maintenant on en est au point que la France a vidé ses arsenaux de tous ses armements valables (canons César etc.) et que le soldat français est tout nu. Le fait d'apporter une "aide" à l'Ukraine, ne serait-ce qu'en envoyant des instructeurs, ou en formant des soldats ukrainiens en France, est déjà une co-belligérance caractérisée qui justifierait une intervention russe sur le territoire français, intervention à laquelle rien de sérieux ne pourrait s'opposer parce la Bundeswehr a été démentalée et qu'il faudra très longtemps pour la refaire.

Bref, vous reprochez à la France de n'avoir formé "que" 400 soldats ukrainiens, mais ce sont 400 de trop.

Pour le moment la Russie n'a pas envie de lancer son armée au delà du territoire ukrainien, mais rappelez vous le mot de Napoléon: "on doit juger un adversaire à ses capacités et non à ses intentions".

Faites le compte des effectifs mobilisables totaux de l'armée russe et comparez avec les effectifs mobilisables de l'OTAN en Europe. Faites le calcul des stocks d'armes et de munitions des armées européennes et de ceux de la Russie. Et comprenez que l'OTAN c'est du flan. L'OTAN en Europe n'a pas de soldats, ni d'armements, ni de munitions. La Russie a tout ça.

C'est inouï les fadaises qu'on peut entendre sur LCI, BFM TV etc. On croit rêver.

La vérité c'est quela Russie a essuyé quelques mini revers récemment, parce qu'elle n'avait envoyé en Ukraine qu'un mini corps expéditionnaire d'environ 200'000 hommes. On ne peut pas tenir un front aussi étendu avec 200'000 hommes. C'est déjà une prouesse inégalée dans l'histoire militaire d'avoir réussi à occuper un territoire grand comme le Benelux avec une armée assaillante en infériorité numérique par rapport à l'armée qui défendait ce territoire. Normalement, d'après tout ce qu'on a toujours enseigné dans les écoles de guerre, il faut que l'assaillant ait une supériorité numérique d'un facteur trois à six.

Mais maintenant la Russie a mené à bien une mobilisation partielle et elle sera capable d'engager une armée de 500'000 hommes au moins, dès que le terrain aura gelé de nouveau. De l'autre côté l'armée ukrainienne est exsangue et à bout se souffle. Il faut saluer l'héroïsme de certains de ses soldats. Mais elle n'a pas eu de victoire à Kherson, elle a pu y avancer uniquement parce que les Russes se sont volontairement retirés, de manière ordonnée et maîtrisée et non en déroute comme les Anglais à Dunkerque. La Russie a voulu préserver 30'000 hommes d'élite pour les engager ailleurs. Le Dniepr constitue désormais une ligne de défense infranchissable pour les Ukrainiens qui ne sont plus capables d'avancer.

On ne peut qu'admirer la rationalité stratégique et le sang froid de Poutine et du généralissime Surovikine qui se sont abstenus de commettre l'erreur d'Hitler et de Paulus à Stalingrad.

L'Ukraine n'a plus de réserves. Les décideurs US le savent et s'apprêtent à lâcher le clown sanglant Zelensky. Le général Rilley a dit clairement que cette guerre n'est pas gagnable pour l'Ukraine et Biden demande qu'on négocie, seule manière pour l'Amérique d'espérer sauver la face. Mais la Russie n'a ni besoin ni envie de négocier, ni de sauver la face de Biden. Quand sa nouvelle armée, qui a eu le temps de s'entrainer jusqu'à maintenant, sera engagée, elle pourra reprendre tout le terrain perdu et pousser jusqu'à Odessa.

Alors les bavardages des Français qui se la jouent en grenouilles plus grosses que le boeuf....

Helveticus

En complément à mon commentaire d'ordre général sur l'attitude cocoricante du monde politique français, je conseille à chacun de visionner cette déclaration du président de la Douma russe, qui s'appelle Tolstoï et qui parle très bien notre langue:

https://www.youtube.com/watch?v=9ZL92LCrQ38&t=182s

Et mes excuses à monsieur Malliarakis pour le mot bavardage, qui ne le visait pas. Bien sûr il ne bavarde pas, lui,contrairement à Macron. Je ne voulais pas être désagréable, mais je me suis un peu énervé. Désolé.

Robert Marchenoir

@ Helveticus | vendredi 25 nov 2022 à 15:00

Une fois de plus, il faut admirer le torrent de mensonges que vous pensez pouvoir déverser impunément sur ce blog. Vous prenez vraiment les lecteurs pour des imbéciles.

RR

@ Robert Marchenoir

Je ne me sens pas pris pour un imbécile par les propos d'Helveticus. Il est vrai que j'aurai pu les tenir moi-même.

Comme beaucoup, vous êtes aligné sur l'immonde politique impérialiste des États-Unis (je ne vise pas le brave ouvrier américain de chez Ford ou le brave paysan du Dakota, seulement ses dirigeants) et de ses laquais occidentaux.

Il faut créer deux, trois, plusieurs Vietnam pour obliger l'impérialisme à disperser ses forces disait Che. J'ajoute et le vaincre; puisse cette guerre enclenchée contre la Russie par l'Occident anglo-saxonisé en être un.

Helveticus

Merci RR, pour votre soutien, mais dans mon commentaire je n'avais pas la prétention de me poser en adversaire de l'impérialisme américain, souhaitant une série de Vietnams pour mettre par terre l'arrogance de cette sous-civilisation. Bien sûr je déteste et méprise l'OTAN, qui était nécessaire avant la chute du mur de Berlin, mais s'est transformée depuis en une machine de guerre au service d'un projet de domination mondiale du wokisme et de la cancel culture.

L'argument que je défends est simplement celui-ci. Si l'OTAN, c'est à dire la puissance occidentale, était dirigée par des hommes d'état responsables et lucides, comme l'était un George Kennan, jamais ils n'auraient suivi la voie qu'on a suivie et qui a consisté à encercler la Russie pour la mettre à genoux. Ils auraient au contraire négocié un accord de paix offrant à la Russie des garanties de sécurité en Europe orientale, sous supervision internationale. Ceci impliquait naturellement une Ukraine neutre et démilitarisée. C'est ce que la Russie a demandé à cor et à cri depuis 30 ans et ses demandes ont toujours été ignorées.

Au lieu de ça les irresponsables straussiens ont joué avec le feu, n'hésitant pas à armer des milices issues des SS qui ont commis la shoah par balles (allez demander à Serge Klarsfeld si j'ai raison ou pas) et à organiser des coups d'état à répétition pour que ces nervis parviennent au pouvoir, et militarisent l'Ukraine à outrance en vue d'une opération offensive contre la Russie.

Bon, très bien, puisque c'était ça le projet, alors il fallait s'attendre, si on était rationnel, à ce qu'à un certain moment la Russie, menacée dans son existence, réagisse pour se défendre. C'est ce qu'elle a fini par faire après avoir été extrêmement patiente. Mais surtout, du moment que le projet impliquait la guerre contre la Russie, la moindre des choses aurait été préalablement de réarmer massivement l'Europe occidentale. Et quand je dis réarmer, cela signifie être capable de mobiliser des millions de soldats. Or, on ne l'a pas fait. JGM le montre bien. Au contraire on a supprimé la conscription et de toute façon on a des électorats formés de lavettes post 68ardes antimilitaristes, et les nations européennes ont les reins brisés par l'immigration, le multiculturalisme et l'agenda LGBT. On ne combat pas des hommes avec des sissies non binaires. On ne combat pas une armée ethniquement homogène comme l'armée russe, avec des jeunes Français au cerveau lavé par trois générations d'éducateurs gauchistes, ainsi que des beurs et des blacks qui haïssent la France.

Ce que je critique dans la position de JGM c'est que ça ne suffit pas de dire que la diplomatie macronienne est inepte si elle n'est pas appuyée par une force armée crédible. Il faudrait dire aussi ce que devrait être une vraie force armée vraiment crédible. C'est à dire, pour la France, remettre la conscription et pouvoir mobiliser plus d'un million d'hommes bien entraînés.

D'autre part, je trouve que la position de JGM pèche aussi par une tendance au voeu pieux. Il ne tire pas la conséquence du constat que l'Europe occidentale ne dispose d'aucune force armée réelle capable de soutenir une guerre longue de haute intensité. Cette conséquence est qu'il est IMPERARTIF de s'abstenir de tout acte hostile quelconque envers la Russie. On ne nargue pas une grande puissance quand on est soi-même désarmé. Or JGM se dérobe à cette logique implacable du rapport de force militaire. Il reproche à la France de ne pas en faire plus qu'elle ne fait déjà dans la co-belligérance contre la Russie.

Pour préciser ma pensée: si la France avait une armée d'un million et demi de soldats armés jusqu'aux dents et si l'Allemagne en avait deux millions, etc. au pro rata de la population des autres pays de l'OTAN, alors oui, on pourrait peut-être armer les forces ukrainiennes, car on serait en mesure de tenir le choc. Mais la France peut aligner à peine 15 brigades. Pour monter en puissance il lui faudrait 10 ans et de toute façon elle n'en a pas la volonté. Dans ces conditions, elle devrait s'écraser purement et simplement. Elle n'a d'autre choix que la sagesse de Claude Cheysson, consistant à dire: "bien entendu nous ne ferons rien".

Au fond ce qui se passe, c'est la mise en oeuvre des plans antirusses de la Rand Corporatiotn dans son memo: "overextending Russia". On a cru que si l'on militarisait l'Ukraine à outrance pour en faire une menace existentielle pour la Russie et si on poussait la Russie à la guerre en organisant le nettoyage ethnique des Russes du Donbass, on pourrait contraindre la Russie à s'engager dans une guerre d'usure jusqu'au dernier Ukrainien, de façon à l'affaiblir durablement.

Or c'était un faux calcul puisqu'aujourd'hui le ministre de la défense letton vient de dire que la force militaire russe, navale et aérienne, n'était pas du tout entamée, quant à sa force terrestre elle se reconstitue e sera à nouveau formidable dans les prochaines semaines. Par conséquent les forces russes sont intactes, alors que celles des pays de l'OTAN sont à fond de cale puisqu'ils ont épuisé leurs munitions et vidé leurs arsenaux.

On s'aperçoit donc que guerre d'usure il y a, mais c'est l'occident qui subit l'usure, pas la Russie. Faites le calcul de tout ce qu'a déjà coûté aux pays de l'OTAN le fait de soutenir financièrement l'Ukraine à bout de bras. La Russie gagnera donc immanquablement la guerre d'usure, en prenant son temps, car elle est prête pour une guerre longue que l'ouest n'a pas le souffle de soutenir.

Par dessus le marché les sanctions et le refus du gaz russe vont plonger l'Europe occidentale dans la récession, ce qui fera tomber très démocratiquement les gouvernements et conduira au pouvoir les populistes, alors que le pouvoir autoritaire russe ne craint pas ce genre de choses et que l'économie russe s'en sort moins mal que celles de l'ouest.

Depuis quelques temps, j'ai apporté la contradiction à JGM, en toute amitié, quand il s'aligne sur une vision néo conservatrice US, qui ne me paraît pas réaliste. Par exemple, oubliant que la France n'a pas d'armée, il serait prêt à partir en guerre pour Taïwan. Eh bien, j'attire son attention sur le fait que le Kuo Min Tang, parti de Tchang Kaï-check, a gagné les élections ce dimanche, or c'est un parti qui est partisan de la réunion avec la Chine continentale. C'est donc la preuve que les provocations bellicistes néocons à la Nancy Pelosi n'ont pas été du goût des Chinois de Taïwan. (En Chine il y a des protestations contre les lockdown, mais c'est un autre problème. Il serait imprudent d'en conclure que l'on peut préconiser un regime change dans ce pays).

Pour conclure, cher KK, je ne suis pas sur une ligne idéologique. C'est vrai que je suis anti américain, je vous le concède, mais surtout je pense, simplement, qu'avant d'apporter son soutien à une entreprise guerrière contre une grande puissance, il faut au moins,au préalable, s'assurer que l'on dispose soi même de forces militaires supérieures à celle de la puissance (Russie, ou Chine) que l'on provoque.

En Ukraine, la Russie démontre qu'elle est prête à une effort de longue haleine, et les petits revers momentanés, sur lesquels pérorents les pécores des plateaux télévisés, n'ont aucune importance. La Russie s'apprête à infliger une défaite humiliante à l'OTAN et elle peut se permettre le sadisme de faire durer le plaisir.

Tout ça pour dire que c'était irresponsable d'"armer l'Ukraine", car le seul résultat est que cela a obligé la Russie, pour se protéger, et pour interdire aux forces otaniennes sous uniforme ukrainien de maoeuvrer, à faire en Ukraine ce que Louis XIV avait fait lors du saccage du Palatinat. Ce n'est pas beau, mais c'est le résultat de la politique irresponsable de cobelligérance des pays de l'OTAN comme la France.

Il n'y a aucune chance pour que l'OTAN gagne en Ukraine. La responsabilité des morts dans cette guerre incombe à ceux qui l'ont provoquée en refusant obstinément à la Russie des garanties de sécurité, et à ceux qui l'ont prolongée en remplaçant l'armée ukrainienne battue à plates coutures dans les premières semaines de la guerre, par une une nouvelle armée 100% OTAN.

Reynier

L'Ukraine est d'abord un sujet existentiel pour les Ukrainiens en lutte pour leur indépendance.
Pour les gens de Moscou, c'est une façon de se maintenir au pouvoir en exploitant toujours les mêmes ressorts.
La décolonisation de la Moscovie, malheureusement stoppée par Lénine et figée par Staline et ses successeurs, n'est pas achevée. La constante de toutes ces décennies, depuis 1989, c'est que la politique du Kremlin est toujours dictée par l'appareil d'Etat, dont l'actuel FSB est le visage officiel. Ceux qui ont promu le colonel Poutine au rang qui est le sien ne lui ont pas assigné d'autre mission que de reconstituer le plus possible de l'URSS et de l'ex-Empire. L'Ukraine est l'obsession de Poutine et des siens : qu'un peuple prétendu frère se détourne du "monde russe", cela ne passe pas. C'est de l'ordre du fantasme.
Exalter Poutine, son régime et ses oeuvres, c'est une façon comme une autre pour tous les frustrés de la Droite (?) occidentale de se venger de leurs échecs et de leur impuissance chez eux.
Ca ne change pas.
Quand aux Etats-Unis, nous savons depuis longtemps que leurs intérêts ne sont pas nécessairement les nôtres.

(Quant à la France, qui s'est toujours voulue plus maline que les autres, elle paye plus de deux siècles de fanfaronnades assez sanglantes.)

RR

@ Helveticus

Rétablir la conscription serait très dangereux en France. Une fois n'est pas coutume, Chirac a eu raison de suspendre le service militaire.
D'ailleurs, si c'est pour affronter un allié naturel tel que la Russie, non merci.

Nous n'avons pas d'affinité avec l'Ukraine.

Helveticus

@Reynier

Si le projet des élites ukrainiennes était de durer dans l'indépendance, alors elles devaient comprendre que la condition sine qua non pour atteindre cet objectif était de proclamer le statut de neutralité de cette jeune nation et s'engager solennellement et irrévocablement à ne JAMAIS flirter avec l'OTAN.

Tout politique lucide savait que le projet de faire adhérer l'Ukraine à l'OTAN constituait une menace existentielle pour la Russie, rendant la guerre inévitable.

Seulement voilà, la clique qui a pris le pouvoir en Ukraine par une série de putschs, ne représente pas les intérêts du peuple ukrainien. Ce sont des néo cons américains dont la parfaite incarnation est Victoria Nuland.

Je n'exalte en aucune manière Poutine. Au contraire il me fait l'effet d'un type antipathique et je n'apprécie pas le kitsch de son régime. Seulement, les nations ont des intérêts permanents, que tout régime qui les gouverne est contraint à défendre sous peine de sa propre disparition.

Les Français devraient se rappeler qu'ils ont eu des guerres très dures et très longues, à soutenir, qu'ils ont d'ailleurs finalement perdues, parce que l'Angleterre jugeait que la souveraineté française sur Anvers était "un pistolet braqué sur sa tempe". Pour la Russie une Ukraine membre de l'OTAN c'est un missile thermo nucléaire braqué sur sa tempe.

Ma position est modérée et pacifique. Je me situe dans la même ligne que Jeffrey Sachs, qui n'est pas un excité. Je recommande d'ailleurs à chacun de suivre les prises de positions tellement sensées de ce grand érudit et analyste de politique internationale.

Il est effrayant que quelqu'un d'à la fois anticommuniste et aussi attaché que JGM à la civilisation européenne, ait perdu la boussole au point de soutenir aveuglément une politique, celle des néocons américains (les vrais bolchéviques de notre temps et les ennemis jurés de notre civilisation européenne et chrétienne), qui ne peut conduire qu'au désastre. Jeffrey Sachs, qui est juif comme les néo cons, mais pas frapadingue contrairement à eux, parle d'Armageddon et supplie les dirigeants de son pays de négocier la paix immédiatement.

Jean-Gilles, avec toute mon estime pour vous, vous m'épouvantez. Je ne peux pas comprendre votre position, qui est sur la ligne de quelqu'un que vous avez beaucoup admiré: Othon de Habsbourg, mais à la réflexion ce dernier s'est complètement trompé en se mettant, de fait, exactement sur la ligne antirusse qui était celle de Palmerston, le plus grand fossoyeur de l'empire des Habsbourg. Plus je pense à Othon de Habsbourg, plus il m'apparaît que c'était un esprit faux.

Si on réfléchit bien à l'histoire diplomatique on s'aperçoit que le sort de l'Autriche a été scellé lors de la guerre de Crimée, quand l'Autriche a trahi la Russie sans laquelle son empire aurait roulé dans la poussière en 1848. Après cette faute impardonnable, l'Autriche Hongrie était condamnée. Aujourd'hui on rejoue le scénario de la guerre de Crimée et ce sera la némésis, cette fois, de l'Union Européenne, comme ce fût celle à l'époque de l'Autriche-Hongrie, et pour les mêmes raisons.

J'essaie de trouver des circonstances atténuantes à l'aveuglement de JGM, et je crois les avoir trouvées dans le fait qu'il se place dans une sorte de perspective byzantine, percevant la Russie comme un état usurpateur qu'il s'agit de détruire. Mais la nostalgie de Byzance appartient-elle au domaine de la politique réaliste pour notre époque?

Reynier

Les Etats-Unis, et leur oecumène, ont toujours montré deux visages : pays de la liberté pour des dizaines de milliers d'Européens de l'Est fuyant les tyrannie bolchevique après 1920 et 1945 ; système de contrainte financière et morale, mondialisateur lui aussi.
Quant à la Russie, confondue avec son immense Empire, elle n'est pas en mesure de s'opposer aux "valeurs" occidentales qui nous viennent des campus américains via les médiats de masse. Les hommes de l'appareil d'Etat (1918-202...?) l'ont tuée.
La politique de l'Ukraine n'a pas, théoriquement, à se décider chez le voisin. Et quand ce voisin est la Russie, fidèle à sa ligne depuis au moins le XVIIIe siècle, et maintenant en proie à un néo-stalinisme de compensation, n'importe quel voisin a le droit et le devoir de se méfier.
Molotov à Mannerheim en 1940 : 'Vous (la Finlande) nous gênez".

Lénine et Soljénitsyne sont mal vus par le régime : le premier pour avoir constitutionnalisé la sécession éventuelle des Républiques ; le second pour avoir critiqué le Vozhd, le gagnant de la "Grande Guerre Patriotique".
Logiquement, l'homme qui monte en Russie, c'est Prigojyne ; et celui qui descend aux E-U c'est Biden.

L'avenir des USA et celui de la Russie ne paraissent pas bons. Quand à l'Europe, la présidence finlandaise vient de déclarer qu'elle était insuffisamment armée et qu'on ne pouvait pas compter sans réticence sur les E-U, voire l'Otan. Elle a raison.

Et la France dans tout cela ?
Elle a ses héros d'avant-hier, le Pt Poincaré et Clémenceau ; ceux d'hier, Blum et Paul Reynaud ; ceux d'aujourd'hui, hum... Je me trompe sur les noms ? Mettons que c'est par prudence.
Pauvre peuple du 11 novembre.


Helveticus

@RR

Pourquoi dangereux de rétablir la conscription?

Je crois qu'ils ne le feront pas parce qu'ils sont encore dans le spleen mondialiste d'un monde sans frontières, où il s'agit, non de défendre le territoire de la patrie, mais de "projeter des forces n'importe où, là où l'empire mondial en a besoin. Par exemple en Afghanistan, demain à Taïwan, toujours pour se mêler de ce qui ne regarde pas les Français.

C'est pour cela que Chirac a supprimé la conscription. Mais si je vous comprends bien la vraie raison serait qu'on a peur des immigrés. Alors permettez moi de vous dire que si les choses en sont là, la France est foutue. Mais je ne pense pas qu'elle soit vraiment foutue. Elle pourrait encore se redresser, à la condition expresse de changer de régime, de sortir de l'OTAN et de cesser de faire la guerre pour les bolchéviques néocons dans le monde entier.

Concernant les peuplades issues de l'ancien empire colonial, que les lobbies ont importées en métropole dans le but de dissoudre la civilisation chrétienne et le peuple français, il ne sera pas possible de renvoyer tout le monde. L'une des shoses les plus cruelles et les plus vraies, hélas, qui ont été dites sur ce problème l'a été par Houria Bouteldja quand elle a dit que "la France ne sera plus jamais comme dans les films de Fernandel".

La France peut encore s'en sortir, et je crois qu'elle s'en sortira, mais seulement quand elle chassera la république et établira un pouvoir autoritaire qui fasse exactement le contraire de ce que veulent, et font, les lobbies qui règnent depuis 50 ans. Et les immigrés, dans leur majorité, à mon avis, l'accepteront. Ceux qui ne l'accepteront pas, ce seront les bourgeois de la droite et de la gauche libérale.

Helveticus

https://www.youtube.com/watch?v=aC-KXHaYqRs

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)