Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Faire face à l'agression | Accueil | L'affrontement russo-ukrainien »

jeudi 03 mar 2022

Commentaires

Richard LEFEVRE

Ce qui est nouveau,ici, c'est le contournement de l'arsenal de dissuasion nucléaire le plus puissant du monde en terme d'ogives, par une arme de "dégradation massive" : économique et financière voire morale, sans même avoir à franchir une ligne de front.
La Chine pourrait-elle craindre à son tour un tel contournement, si elle envahissait Taïwan? Sa Route de la soie subirait-elle le sort de Nord Stream II ?

Jégou

1) En Russie : un million deux cent mille signatures collectées contre la guerre, à l'initiative de Lev Ponomarev (80 ans), co-fondateur de Memorial. Courage civique.

2) Attention : la "destinée manifeste" qui guide les Etas-Unis est au moins aussi nuisible et perverse que la mystique impérialiste moscovite revue par l'homme du KGB. A Chacun sa destinée manifeste, assez souvent contre nous.

3) Le conglomérat financier mondial détermine largement toute politique (et les oligarques russes y participent comme les autres). Rotschild (et pas Fabrice) à Waterloo.

4) Avez-vous relevé l'emploi délirant des disqualifiants "nazis" et "fascistes" dans les commentaires un peu partout ?
C'est encore la toile de fond de la psyché européenne (et russe) depuis 77 ans ! Tout le monde étant antinazi (de l'unilatérale Françoise Thom à Poutine), cela révèle au fond l'indigence - entretenue - de la pensée européenne actuelle. Pendant que l'on se jette ces qualificatifs à la tête, on ne nomme pas les choses et on ne forge pas les concepts qu'appellerait la situation (à cet égard, "monde libre", "Occident", "Chine communiste" ne me paraissent plus trop pertinents).

5) Ne nous privons pas de souligner que c'est dans la Droite de conviction (?) que l'on trouve le plus de kremlinolâtres. Les causes en sont : un étatisme borné ; des compromissions de toute sorte (dont la tournée criméenne de nos Souverainistes après l'annexion) ; des intérêts matériels sans doute ou peut-être... ; les souvenirs trafiqués des alliances militaires du XXe siècle ; une ignorance crasse de l'histoire russe et européenne ; une sidération devant la pseudo-renaissance spirituelle russe présentée par le ROC ; la recherche d'un modèle, voire d'un protecteur, chez les autres alors que chez soi on est impuissant ; un goût immodéré pour le militarisme et les décors de théâtre.

6) Il n'y a pas de "crise en Ukraine", ni de "crise Ukrainienne", il y a une guerre d'invasion russe en Ukraine.

7) La Chine attend, prête à recueillir les restes. Les Etats-Unis ne sont pas mécontents non plus. Y aurait-il eu un nouveau partage du monde ?
Il est remarquable, et il devrait être remarqué, que "The West" (le noyau anglophone organisé) a laissé tomber les Européens de l'Est et du Centre en 1917 (Russie), en 1939 (Etats baltes, Finlande), en 1943-45 (Téhéran, Yalta, Potsdam), en 1953 (Berlin), en 1956 (Budapest), en 1968 (Prague)... (on me dira que les accords d'Helsinki furent une victoire ; oui, parce qu'il y eut des opposants en URSS pour saisir la perche).
Faut-il encore faire confiance à cet Occident-là ?

Si ce coup pouvait réveiller l'Europe décatie, ce serait déjà un premier résultat. Quant aux Ukrainiens, il sera désormais difficile pour Moscou de les convaincre qu'ils sont un peuple frère.

perplexe

J'aime beucoup Jean-Gilles Malliarakis, avec lequel j'ai correspondu, que j'ai rencontré une fois, avec lequel j'ai sympathisé et que je trouve charmant. Il a été très courageux dans ses engagements politiques. Il est extrëmement cultivé, nous apprend souvent des choses très intéressantes, mais je ne peux pas le suivre dans sa phobie antirusse et antichinoise.

Il me dira, et il aura raison, qu'il aime ces deux grands pays au sujet desquels il possède une vraie érudition. Mais pourquoi ne pas reconnaître que les dirigeants russes et chinois, bien que peu sympathiques, sont malgré tout des défenseurs assez efficaces des intérêts nationaux de leurs peuples, qui s'opposent clairement, et sont menacés par ceux de l'alliance atlantique.

Je suis anticommuniste comme lui, et pourtant je ne peux pas comprendre sa position sur ces deux pays dont il souhaiterait manifestement entraver l'essor tant il se méfie des scories communistes que l'on trouve encore dans ces états.

Je n'aimerais pas lui chercher querelle sur la Russie, même si je ne comprend pas sa position. Je sens qu'il a des raisons à lui, en tant que Grec orthodoxe, raisons religieuses et byzantines profondes.

Tout de même je ne comprends pas qu'il se refuse à voir que la Russie est encerclée par des puissances malveillantes d'une mauvaise foi totale et que n'importe quel défenseur des intérêts vitaux russes aurait du faire quelque chose comme l'opération en cours, qui est défensive. Mais je pense qu'il se rattache à des considérations sérieuses qui m'échappent et donc je prèfére me taire.

Peut-être que l'histoire lui donnera raison et que l'Ukraine basculera définitivement du côté de l'Europe occidentale hostile à la Russie, réalisant ainsi le rêve d'Hitler d'espace vital à l'est, auquel cas la France elle aussi deviendrait une marche dans une Europe allemande, et ne serait plus une nation indépendante. Ce serait dommage, mais je ne suis pas français alors ça ne me touche pas vraiment. N'insultons pas l'avenir.

En revanche, je pense que JGM a tort sur la Chine. Oui, c'est vrai, l'appareil du parti communiste chinois est resté marxiste en théorie (pas en pratique). Mais connaissant un peu ce pays, j'ai quand même fortement le sentiment que le seul qui croie encore un peu au marxisme c'est Xi Jinping. Et encore, dans le curieux mélange idéologique qui fait sa doctrine, le nationalisme domine très nettement. Tout le reste de la classe dirigeante chinoise se contente d'être une élite de gouvernement autoritaire, nationaliste, qui renoue de plus en plus avec le confucianisme. Je ne sais pas si le mot fameux de de Gaulle disant que "la Russie boira le communisme comme un buvard boit l'encre" s'est vérifié en Russie, mais cette réflexion me paraît s'appliquer parfaitement à la Chine.

Il y a en ce moment une frénésie anti chinoise, inquiétante et irraisonnée, qui domine de plus en plus le discours mainstream. Comment se fait-il que JGM gobe cela sans réserve? Ne voit-il pas que la Chine entend élargir sa sphèe d'influence naturelle, en mer de Chine, en Asie, en Asie centrale, mais elle a renconcé à exporter sa révolution. La Chine veut défendre ses intérêts économiques. Elle ne nous menace pas idéologiquement. Il y a là un changement profond par rapport à l'époque du maoïsme article d'exportation, quand même un Roland Hureaux était "mao".

Je vois le "socialisme aux caractéristique chinoises" (doctrine Xi Jinping, désormais de rang constitutionnel) comme un projet national socialiste, ou un socialisme national, autoritaire, totalitaire même, dont l'ambition est avant tout la préservation des intérêts nationaux chinois. Je comprends qu'on trouve ça antipathique, mais pas que l'antipathie aille jusqu'à à endosser la puissance yankee en blanc, sans voir que ce faisant on ne pourra pas éviter la soummission au wokisme et en ignorant que cette puissance yankee est porteuse d'un projet, qui pour le coup, contrairement à celui de la Chine, nous menace dans notre existence même, et ce dans tous les domaines: militaire, culturel, économique, moral, tous les domaines. Et immédiatement, à très court terme.

En d'autres termes, notre civilisation, ou plutôt ce qu'il en reste est mise en danger de mort par l'Amérique, pas par la Chine.

La Chine, quoi que l'on pense de son régime, reprend simplement son poids normal dans le monde. Cela ne peut pas se faire sans que la puissance usurpée d'oncle Sam en fasse les frais. Je dis tant pis, mais JGM, lui, semble indéfectiblement attaché à l'hégémonie yankee. Je ne comprends pas ce qu'il lui trouve de bon.

Dernier point, je conseille la lecture des travaux de Valérie Bugault, qui n'est certes pas maoïste mais qui dit une chose très juste : elle constate que la Chine, contrairement aux pays de l'Eurotan, ne mène pas une guerre contre son propre peuple.

Richard LEFEVRE

Je suis nouveau ici, et ma culture "patriotique" (retraité de la défense) m'interroge sur la forme des deux commentaires précédents:
La France et les Etats-Unis sont les deux plus anciennes démocraties occidentales modernes, dont les constitutions ont inspiré, presque mot pour mot, la Charte des Nations unies actuelles, que le Monde islamique a rejetée, et ce sera pour moi notre premier ennemi du siècle prochain, déjà à l'intérieur de nos frontières.
Dès lors, peut-on écrire que le "Destin manifeste" du camp de la Liberté est " aussi nuisibe" que les deux plus grandes idéologies communistes et meurtrières de la planète ? Par ailleurs, je crois que tous les dictateurs sont des "défenseurs efficaces des intérêts de leur peuple". C'est même la différence (concurrence) avec le camp de " l'idée occidentale moderne" où ce sont les peuples qui ont été chèrement les défenseurs efficaces de leurs idéaux, et continuent de l'être...

Jegou

Perplexe : En effet, on ne peut reprocher à la Chine, pays d'un socialisme national dirigé et totalitaire, de jouer sa carte dans le monde tel qu'il est. L'analyse se situerait sur deux plans : historique d'une part ; politique et pragmatique d'une autre (en fonction de nos intérêts). Si on y ajoute une évaluation morale ou idéologique, c'est encore un autre regard.

R. Lefevre, voici quelques réflexions :

1) La dictature, solution romaine des "pleins pouvoirs", est très efficace en cas d'urgence. Il convient de faire la différence avec la tyrannie.
Mais en Russie, le peuple à beaucoup moins voix au chapitre que, disons, les Italiens sous Mussolini (toute évaluation politique mise à part). L'adhésion populaire obligatoire et contrainte est bien autre chose que la reconnaissance populaire, que l'enthousiasme sincère. Or, les techniques de surveillance des masses ont fait de tels progrès que ce XXe siècle paraîtra bientôt archaïque.

2) Le monde islamique a rejeté (pas partout) les valeurs de la culture occidentale, du moins de la part de ceux qui y détiennent le pouvoir. La présence en Europe de millions de musulmans de toutes origines est un facteur dramatique qui, par-delà la religion, détermine en profondeur ce que sera la substance de la population (ce qu'elle devient déjà). Cela ne se rattrape pas. Ce qu'on impose aux Français à cet égard prouve qu'on peut faire partie du monde libre et démocratique sans pour autant qu'on vous écoute. Mais qu'est-ce que ce "monde libre", qui l'a organisé et à qui profite-il ?

3) La France et les Etas-Unis
ont diffusé une idéologie qui avait ses bons et mauvais côtés, idéologie universaliste valable en tous temps et en tous lieux. Ce discours contenait en lui-même des germes destructeurs de peuples et de cultures. C'est aujourd'hui un instrument comme un autre dans le combat entre l'internationale financière et le reste. Il faut apprécier aussi comment les cultures se sont adapté ce message : sens de la responsabilité et de la communauté des Anglo-Saxons protestants, mais aussi individualisme calculateur ; soumission des Français à leur Etat central ; "nationalitarisme" des nations romantiques au XIXe siècle... Le plus intéressant est de voir comment un propos initial est interprété dans la pratique : voyez comme les dirigeants Chinois se sont approprié la vulgate marxiste pour y couler leur nationalisme...

4) La destinée manifeste des Etats-Unis et de l'Angleterre, chère à un Winston Churchill, n'a pas procédé de la même manière que le communisme. Mais elle a aussi ses procédés, sa mystique, ses crimes, et ceux-ci sont trop souvent excusés au nom de la liberté : "...Que de crimes on commet en ton nom !"

5) Mais je crois qu'il faut se garder de trop disserter sur la nature des idées des idéologues. L'"Amérique" d'aujourd'hui n'est pas celle des années 1960, c'est le moins qu'on puisse dire (la faute à qui ?).

6) De Poutine à Françoise Thom (bien complaisante avec les Etats-Unis), tous les camps se jettent à la figure les accusations suprêmes de "nazisme" et de "fascisme". Cela révèle la stagnation du discours et la permanence des réflexes acquis. De ce point de vue-là, on ressasse. Les Chinois s'en foutent, et nos colonisateurs étranger aussi. Mais c'est de bonne guerre, dira-t-on.

Cordialement.

Dalors

M. Malliarakis,

Je suis très déçu. J'ai perdu une demi-heure à chercher la contrepèterie dans le titre de cet article, et je ne l'ai pas trouvée. Elle s'imposait pourtant. Je ne vous félicite pas.

Perplexe

Deux réflexions:

Premièrement: pour réagir à la pétition de principe du sympathique militaire Richard Lefebvre, qui croit candidement à l'"idée occidentale moderne" des peuples qui défendent chèrement leurs "idéaux", je suis pour le coup vraiment perplexe. Car, de prime abord j'aurais eu envie de le contrer en lui démontrant que le pouvoir des Micron, Hollande, Sarkozy, & Cie a clairement trahi les intérêts du peuple français. Mais en relisant sa phrase, je remarque qu'il a écrit les "idéaux" et non les intérêts. Alors là c'est différent. Si l'on admet comme idéaux les grands mensonges emphatiques de 1789 : Liberté, Égalité, Fraternité, en y ajoutant féminisme LGBT, antiracisme, idéologie anti autoritaire de mai 68, bla bla bla, c'est vrai que les veaux français aiment bien les beugler, ces idéaux là. Donc je dois donner raison à M. Lefebvre. La république aura été et continue à être un régime où des dirigeants traîtres bradent les intérêts concrets du peuple français, ce qui est permis et facilité par l'obstination avec lequel ledit peuple proclame son attachement à des idéaux révolutionnaires antifrançais, tout en les considérant comme "patriotiques".

Deuxièmemement: la remarque de J.-G. Malliarakis selon laquelle les dirigeants Chinois actuels sont "disciples de Engels plus que de Marx", me fascine. Cher Jean-Gilles, pourriez consacrer un article spécial à ce sujet pour nous expliquer les différences entre la pensée de Engels et celle de Marx, et en quoi les Chinois s'inspirent de Engels?

Cet article ne manquera pas d'être passionant.

Perplexe

L'assertion selon laquelle l'économie russe défaille, est contestable. Selon Xavier Moreau, c'est absolument faux, et il connaît la question. Il montre bien que les hydrocarbures ne comptent que pour part très faible de l'économie russe, qui recueille les fruits d'énormes investissements de modernisation industrielle. La Russie est certainement un pays corrompu mais elle pratique une sorte de colbertisme, ou plutôt une "politique industrielle" très intelligente, qui n'est pas sans rappeler celle de la France gaulliste. Xavier Moreau nous explique également que les sanctions occidentales, qui ont fait beaucoup de mal aux économies européennes et notamment aux agriculteurs français, ont servi de tremplin à l'économie russe pour devenir autosuffisante dans toute une série de secteurs agricoles et industriels. Et il nous affirme qu'il en sera de même des nouvelles sanctions. Bien sûr, la Russie étant encerclée, confrontée à un monde hostile qui tente de l'étrangler, a dû dépenser pour les canons beaucoup d'argent avec lequel elle n'a pas pu acheter du beurre. Ça c'est un fait. Elle a dû aussi rembourser ses dettes et accumuler des réserves de change, toujours dans le but de ne pas être vulnérable aux chantages des étrangleurs qui tiennent à leur merci, par exemple, la France, et dont Macron est le représentant, comme l'était Hollande qui disait: "mon ennemi c'est la finance". C'est sans doute cette rigueur budgétaire qui explique le mauvais état des routes en Russie. Mais l'indépendance financière et le non-endettement sont des forces, non des faiblesses.

Richard LEFEVRE

Jegou - Merci de vos éclairages pertinents qui relativisent des propos empreints d’une vision parfois exaltée de la démocratie occidentale moderne.
Toutefois, dans les heures sombres…Churchill disait d’elle, avec ses bons mots, qu’elle est : " le pire des gouvernements à l'exception de tous les autres". L’expérience démocratique de la Nation américaine s’est forgée avec le mythe constitutionnel civilisateur de la Liberté souveraine du peuple : « We the people », jusqu’à se faire une guerre civile effroyable contre elle-même, pour sauver de la division sudiste ce « Destin manifeste » dicté par les Pères fondateurs. Ce Nouveau Monde a envoyé ses « boys » partout dans l’ancien, au nom de cette Liberté messianique d’origine biblique.
D'ailleurs, sa puissance au service du « système occidental », largement en tête de tous les classements mondiaux depuis au moins trois siècles, a certainement libéré, émancipé, développé, enrichi, éduqué, soigné… plus de « peuples et de cultures » que toutes les autres formes d’hégémonismes idéologiques et religieux sur cette terre, dont l’archaïsme de la prédication et du combat coraniques du Monde arabo-musulman,religion des" non Blancs" et lanterne rouge des classements IDH de l’Onu, nous sont les moins rationnels et les plus hostiles.
La France millénaire, Fille aînée de l’Église et Mère des droits de l’homme et du citoyen, pourrait-elle être « remplacée » en 60 ans, par son continuum d’immigration islamique postcoloniale massive et incessante, sans même " tirer un coup de feu" ?Je crois pour ma part qu'il suffirait de " mettre un tigre à la sortie du gué " Sun Tsu.
La Constitution américaine n’a pas changé depuis la Déclaration d’Indépendance, et les présidents investis prêtent toujours serment sur la Bible - Obama a utilisé celle de Martin Luther King -.
Après avoir mentionné la citation célèbre de Kennedy sur le Monde libre à Berlin, j’enfonce le clou avec l’exemple d’une Corée du Nord soviétique en face d’une Corée du Sud américaine…

Cordialement

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)