Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Hypothèses présidentielles | Accueil | Le présidentialisme contre les libertés »

vendredi 29 oct 2021

Commentaires

RR

Précisons aux gens sincères (pas aux "antifascistes professionnels" qui sont irrécupérables) que le corporatisme prôné par les catholiques sociaux, les encycliques, la Maison de France elle-même via le duc de Guise, et adopté par l'Action française ne doit absolument rien au fascisme qui prône lui un corporatisme intégré à l'État totalitaire. Bertrand Renouvin a parfaitement eu raison de le souligner avec insistance dans sa thèse consacrée à l'Action française et qu'il résuma dans son excellent ouvrage "Charles Maurras, l'Action française et la question sociale".

RR

"Zemmour a donc osé mettre en cause le 2 septembre à Lille ce modèle encrassé qu'il qualifie d'obèse. Bravo ! Mais quelle cure d'amaigrissement envisage-t-il pour remettre la France au travail ?"

Ses modèles Napoléon Bonaparte et De Gaulle sont précisément ceux qui ont mené la politique "sociale" la plus nocive et même la plus abjecte pour le premier de ces personnages qui représentent ce que la France a produit de pire.
Par ailleurs il sait qu'un programme annoncé de rupture avec le système social actuel est électoralement très handicapant étant donnée la mentalité socialiste de la majorité de nos compatriotes. Le fait que le venin ait été injecté depuis fort longtemps rend son extraction difficile.

JG Malliarakis

@RR Tout à fait d'accord sur vos deux utiles rappels à propos du modèle social. Dans le débat avec la salle sur la conférence du 9 octobre j'ai eu l'occasion de développer, de façon un peu improvisée, mon point de vue sur la corporation "administrative " italienne de 1934, et sur les expériences portugaise (la plus intéressante mais aussi la plus limitée) et espagnole (syndicalisme vertical). J'essaiera de consacrer une autre chronique aux notes griffonnées ce soir-là.

Robert Marchenoir

Très intéressant discours.

J'espère que vous n'êtes pas favorable à la "révise", qui est une escroquerie caractérisée, et qui se poursuit jusqu'à nos jours, sauf erreur de ma part ?

RR

Poursuivons ce très intéressant débat. S'il est évident que le modèle de la corporation tel qu'il fut théorisé en France était très pertinent à l'époque, l'est-il toujours de nos jours?
Depuis des décennies, la mobilité sociale a considérablement augmenté, le machinisme a transformé les ouvriers en techniciens, des métiers ont disparu. Sans compter et peut être surtout le caractère de plus en plus individualiste de beaucoup de nos compatriotes (j'en fais partie). Déjà après la Première guerre mondiale, l'Action française avait pragmatiquement abandonné les thèses "ouvriéristes" du Cercle Proudhon - qui il est vrai n'avaient jamais fait l'unanimité, c'est le moins qu'on puisse dire - du fait justement de l'évolution de la condition ouvrière (et de la "concurrence" marxiste et de sa main mise sur le monde ouvrier).

Alors maintenant ?
Guillaume Faye prônait l'alternative libérale anti-fiscaliste et anti-distributiste que l'on retrouve peu ou prou dans "Pour une libération fiscale" et dans le programme du vrai Front national des années 70-80. N'est-elle pas là la solution ? Encore faut-il répétons-le convaincre nos compatriotes, et comme je l'ai déjà dis, c'est loin d'être gagné.

JG Malliarakis

@Robert Marchenoir. Bien sûr je n'approuve pas la "révise" qui en définitive spolie les particuliers vendeurs de leurs meubles. Je mentionnait ce fait lors du dîner car on se trouvait à côté. Mais cela montre que la "corporation" est d'abord un phénomène spontané. La jurande d'Ancien régime c'est autre chose, évidemment.
@ "RR" le "débat" comme vous l'appelez est non seulement passionnant mais essentiel. Évidemment on n'en entendra pas parler pendant la campagne présidentielle.

RR

@ J-G M.

"le "débat" comme vous l'appelez est non seulement passionnant mais essentiel. Évidemment on n'en entendra pas parler pendant la campagne présidentielle."

Encore une fois parce que ce n'est pas porteur - c'est le moins qu'on puisse dire - électoralement et sans doute parce qu'au fond tous les candidats adhèrent à l'actuel "modèle". On voit là les limites de la démocratie. C'est le nivellement par le bas.

RR

Quelle stratégie possible dans ce cas là ?

Premièrement, il faudrait déjà qu'il y ait un candidat "non récalcitrant" à nos propositions (Laurent Wauquiez qui est le plus à droite des Républicains (et qui est réceptif sur la question migratoire, même si la lecture des livres remarquables de Guillaume Faye lui fait défaut) aurait pu l'être s'il s'était porté candidat).

Deuxièmement, le candidat en question devra parfaitement manier la dialectique et y aller en douceur dans ses propos, dans le style "je proposerai non la suppression de la Sécurité sociale actuelle mais simplement la possibilité pour ceux qui souhaitent s'en affranchir de contracter des assurances de santé privées".

Troisièmement, il reste la question de convaincre nos compatriotes d'opter massivement et même majoritairement pour ces assurances en question (et que la Sécurité sociale soit réduite au final à assurer un remboursement ultra-minimum pour les soins exclusivement vitaux de ceux qui resteront dans ce système). On peut parfaitement procéder en utilisant tout simplement le marketing (ayant suivi des cours dans ce domaine pour mon Master, je peux garantir qu'il y a moyen de convaincre les gens d'acheter ce que l'on souhaite qu'ils achètent). Ce sera le travail des assurances privées.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)