Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Au lendemain du 14 juillet | Accueil | La vraie solidarité repose sur l'identité »

lundi 20 juil 2020

Commentaires

Dominique

Ces petits pays tirent le signal d'alarme mais les rouleaux compresseurs financiers avancent et ils écrasent tout.

Il faut lire et relire Jacques Garello et le regretté Georges Lane, et d'autres encore, La pierre angulaire de cet édifice supra national est la monnaie, avec évidemment l'étalon-or que plus personne n'appelle d'ailleurs de ses voeux tellement le " mondialisme-financier " a imposé, pour le moment, sa loi.

Les souverainetés des états seront les passages obligés de cette nécessaire révolte contre les grands financiers qui inondent l'occident de faisses monnaies, dollars et d'euros, pour mieux le détruire.

Il s'agit de la véritable souveraineté de chacune des nations. Une souveraineté à la royale où l'état bat sa monnaie. Seul moyen d'échapper au monstrueux système financier mondial qui permet à une minorité de décider de nos façons de vivr. La dimension du problême est évidemment gigantesque. Pourtant un pay, à la condition qu'il soit apte au labeur et non socialo-communiste pourrait s'y essayer et réussir pleinement, ce me semble évident.

Dominique

Oui il est temps de mettre fin à l'arnaque du projet de Jean Monnet et de regarder la communauté de civilisation des Européens.

Mais comment avec ce rouleau compresseur de fausse monnaie qu crée des vraies dettes ?

Le débat autour de l'euro n'a pas été mené à son terme. Il était évident qu’à chaque monnaie émise par une nation correspondait une valeur, selon les mérites de son peuple au travail. Cette relation entre la nation et la monnaie est, en quelque sorte une loi naturelle, immuable.

En fondant la monnaie d'une nation sur sa richesse et en asseyant sa valeur objective sur un trésor d'or accumulé par les générations laborieuses passées, la monnaie nationale protégeait le pays. Par exemple, un investisseur étranger en France, devait au moins apporter un poids d'or équivalent en une devise convertible, voir en franc français - FRF. Le contrôle de la monnaie-or est ainsi un élément essentiel de la souveraineté.

C’était évidemment un obstacle pour les grands financiers qui voulurent développer leur projet de gouvernement mondial. Pour détruire les nations souveraines, encore plus radicalement que les deux guerres mondiales, imposer aux peuples des pertes de libertés et des appauvrissements immenses, il fallait pouvoir tout acheter, sans limites : entreprises, médias, hommes politiques, etc. Pour cela il fallait disposer de moyens financiers sans limite ; un fausse monnaie émise par des banques privées transnationales. Une monnaie illimitée, démonétisée, comme le sont le dollar, puis l'euro. Ce sont bien des fausses monnaies illimités. Le Bitcoin au moins est limité !

Des monnaies qui ne consistent qu'en des autorisations financières pour que “ certains “ puissent acheter des biens, créer d'improbables usines ( Elon Musk), lancer des programmes de fausses écologies et de vraies migrations, acheter des journaux et des réseaux de télécom ( Niels, Dragui ) etc. et même des dettes de ministères des finances d’états en faillite ! Un comble : le “ rachat de dettes ” : il s’agit en fait en réalité de laisser survivre des états qui perdent tout, pour leur ôter à la fin toute capacité de résistance.

Même l'état de la première puissance militaire mondiale n'est plus en mesure de résister à ce système mondialiste financier. La somme que doit le ministère des finances de l'état fédéral des États-Unis au consortium bancaire privé ( la FED ) a atteint, rapidement, 26.000 milliards de dollars, ou plus car jamais auditée et elle augmente d'autant plus inconsidérablement que les mondialistes accentuent leurs programmes : politiques socialistes, décarbonisation pour détruire les tissus industriels, électrification et réseaux 5G uniquement pour surveiller les populations, migrations pour détruire les nations, migrations, etc.

C'était le vrai projet ( caché ) de l'euro, et le reste. Les économistes libéraux y ont vu à juste titre une erreur économique, les nationaux y ont vu une perte de cocorico - je schématise - Il s'agit en fait d'un formidable projet de démantèlement des souverainetés nationales. Et je ne suis pas certain que les dirigeants des pays protestants vertueux qui résistent au plan des 2M - Markel Macron, le voient : ils craignent peut être seulement de devoir payer pour des pays, catholiques et socialistes, détruits par des politiques socialistes et l’étatisme. Si c'est le cas, Big Brother - Orwell les achètera : ce n'est pour lui qu'une histoire de gros sous de plus.

Le vrai combat est donc pour les pays européens de retrouver leur souveraineté de façon royale, monnaie en premier, et aussi frontières et armées. C'est un combat contre le mondialisme, cet impérialisme financier aux projets devenus capitalo-communistes, né à Londres au 18ème siècle et qui conquit une grande partie du monde, avant de se déplacer à New-York au 20ème siècle.

( Rappelons que la Banque d'Angleterre récupéra son privilège d’émission de la Livre lorsque les banquiers Rothschild le lui rétrocédèrent, après 1945, pour gagner les rives américaines. Et c'est peut être cette histoire qui fit que les Britanniques refusèrent d'abandonner leur monnaie souveraine retrouvée )

Ce débat sur la monnaie, et l'étalon-or, n'est pas désuet ; les grands banquiers se sont emparés du dollar en 14-18, puis l'ont démonétisé sous Nixon ; ils ont ensuite créé l'euro pour développer leur projet mondialiste avec l'UE. Mais l'histoire n'est pas écrite et des pays retrouvant leurs souverainetés individuelles pourraient faire renaître le génie des peuples européens. Je crois donc plus en des accords bilatéraux, ou plurilatéraux - jusqu'à une nouvelle CED réduite à plusieurs pays et indépendante de l'OTAN - qu'en la véritable tour de Babel élevée à Bruxelles.

Barrer la route à ces financements fous de Bruxelles et de la BCE avec sa fausse monnaie est une nécessité, mais nous ne réussiront pas sans chasser de chez nous les forces mondialistes, et sans nous débarrasser de l'étatisme socialiste. On ne rebâtira pas une souveraineté nationale sur les millions de travailleurs mis au chômage, depuis les années 70/80, et des dettes abyssales créées par des gouvernants complices du projet mondialiste.

A part de rares personnalités comme notre chroniqueur, et éditeur, préféré, trop peu nombreux sont ceux savent en France ce qu'est, et permet, la Souveraineté d'une nation.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)