Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Loi Avia, nouvelle tache indélébile | Accueil | L'Europe doit soutenir Taïwan »

lundi 18 mai 2020

Commentaires

Laurent Worms

Ça fit du bien de lire une analyse de politique réaliste.

Dominique

Son appel à résister est un mensonge. Chaque jour ce représentant des oligarques invente un nouveau sujet : médaille pour des hôpitaux, journée de commémoration, esprit de résistance, et d'autres à venir. Il détourne en fait l’attention des Français pour rester au pouvoir, mais l’échec est là. Comme à Montcornet qui fut un échec.

En réalité, il détruit sur tous les fronts les capacités françaises de résistance aux menaces de l'islamisme et du communisme. Parce qu'il est en France l'exécutant des banquiers de la mondialisation, qui veulent asservir les peuples du monde entier. Et il leur faut pour cela d'abord détruire l'occident chrétien.

Zwingli

Donc au fond, cher monsieur Malliarakis, vous pensez qu'une guerre froide est inévitable. Et surtout vous ne voulez pour rien au monde qu'on tente de l'éviter.

Toute tentative pour la paix, selon vous "va au rebours des confrontations qui s'annoncent", comme si quand une confrontation s'annonce, il serait du devoir de chacun de tout faire pour qu'elle devienne irréparable et il serait interdit de chercher à éviter un conflit tragique. Car cela "ne sert qu'à désarmer nos peuples. Et relève tout simplement de la trahison", selon vous.

Curieuse conception des choses vraiment. Pourquoi devrait-on à tout prix céder à une rhétorique de confrontation qui pousse à la guerre? Je vous le demande.

Votre discours me paraît un signe extrêmement inquiétant, car il indique qu'une fièvre belliciste est en train de monter dans les élites occidentales, les poussant à une logique de guerre irraisonnée, aveuglant complètement leur capacité à raisonner froidement dans l'intérêt du maintien de la paix. Cela rappelle ce qui s'était produit avant la guerre de 1914 et qu'avait analysé Gustave Le Bon dans l'ouvrage que vous recommandez ici.

C'est d'autant plus inquiétant que je connais la Chine et qu'il me revient des échos indiquant qu'en Chine aussi une certaine intransigeance est en train de se durcir, les Chinois se sentant diplomatiquement agressés par l'Amérique et ses valets. Entre nous soit dit, je comprend que les Chinois aient cette impression étant donnés les moulinets de sabre de Trump. Mais j'espère que chez Trump ce n'est que du spectacle, pour être réélu et qu'il n'a aucune intention de déclencher un réel conflit qui serait une apocalypse.

Dieu sait que je vous apprécie comme personne, mais votre position est absolument incompréhensible pour moi. Il me semble que vous êtes en ce moment en train de devenir exactement ce qu'on appelle un belliciste et un va-t-en guerre.

Vous semblez oublier qu'une guerre froide comme celle-là pourrait bien dégénérer en guerre chaude, et alors là, avec les armements en présence...

Je remarque votre passion antichinoise, irraisonnée, où l'anticommunisme vous amène à faire bon marché des nécessités nationales légitimes de la Chine et des besoins de son peuple, mais cette position me paraît absurde et irraisonnée.

Prenez garde à ne pas devenir le rossignol du prochain carnage.

Zwingli

Dans l'immédiat je ne vois pas bien à quelles confrontations vous faites allusion.

Vous parlez d'un incident dans les Caraïbes où les Américains qui étranglent l'Iran et le Vénézuela essaient d'empêcher ces deux pays de commercer entre eux. Mais cela paraît un incident mineur.

Il y a beaucoup plus grave. Les Américains dans leur stupide agitation antichinoise accusent la Chine d'être responsable de l'épidémie et lui demandent des compensations. Ils demandent aussi une enquête internationale au sein des laboratoires chinois, ce qui est un affront fait à la Chine et c'est pourquoi elle a d'abord refusé.

Mais tout à l'heure Xi Jinping a déclaré qu'il n'a pas dormi de la nuit à cause de cette histoire et qu'il s'est réveillé en ayant décidé d'autoriser une enquête par l'OMS.

Voilà un geste très conciliant qui montre que la Chine veut éviter l'affrontement.

Est-ce que vous êtes d'avis qu'il faut se montrer intraitable avec la Chine sur cette question? Est-ce que vous voulez à tout prix un conflit, faire du jusqu'auboutisme? Comme après l'ultimatum de l'Autriche à la Serbie, alors que la Serbie s'était pourtant soumise...

En tous cas pour ma part je pense que si ce virus est bien sorti du laboratoire de Wuhan, ce n'est certainement pas la Chine qui a voulu créer une épidémie. J'aurais plus de soupçons quant à l'implication de la France et des Etats Unis dans cette affaire.

Dominique

Le PCC a montré sa formidable capacité de malfaisance en ordonnant aux gouvernants de la RPC de taire la dangerosité du virus de Wuhan et de laisser le virus être exporté par avions, d’ octobre 2019 à la mi-mars 2020, vers tous les pays occidentaux.

La RPC, qui dirige les deux tiers des organisations de l'ONU, a d'ailleurs obtenu pour cela la coopération de l'OMS jusqu’à cette date. Ce sont des faits avérés. Xi cède à la pression internationale ( USA, Grande Bretagne, Australie, etc. ) mais Xi a fait détruire les souches du marché humide et des deux laboratoires de Wuhan…

Tout ce que pourra peut-être faire l'Administration Trump sera de nettoyer l'OMS de ses dirigeants communistes, mais le mal a été fait.


Ce qui est surtout effrayant et incompréhensible est l'aveuglement qui frappent des occidentaux devant les crimes du communisme, puisque cette doctrine est à l'origine de plus de 100 millions de morts rien qu'en Russie et en Chine !

Cet aveuglement est une faute impardonnable des éternels “ pacifistes “ de tous bords qui prennent le parti de la bête. Et c'est aussi une faute de ceux qui veulent continuer à coopérer avec la RPC et avec le PCC.

Ce n'est pas le peuple Chinois qui est l'ennemi du monde entier MAIS c'est le communisme chinois, le PCC. Le peuple chinois est, lui, esclave des 80 millions de membres du PCC auquel obéit la RPC.

Et aucune puissance du monde libre n'envisage de libérer par la force le malheureux peuple chinois ni ne menace militairement la RPC, même le plus puissant.

RR

@ Zwingli

" Donc au fond, cher monsieur Malliarakis, vous pensez qu'une guerre froide est inévitable. Et surtout vous ne voulez pour rien au monde qu'on tente de l'éviter."

Ce n'est pas ce qui ressort de cet éditorial dont la conclusion commence par: "Personne ne saurait se féliciter des perspectives de la nouvelle guerre froide."


En ce qui me concerne, je ne crois toutefois pas à une nouvelle "guerre froide" avec les pays dits communistes en raison de leur "communisme"; je ne croyais d'ailleurs pas - étant donné les armements respectifs - à une guerre opposant l'"Occident" à ce qui était l'URSS. J'étais là en désaccord avec tous les anticommunistes "classiques" notamment avec l'abbé de Nantes qui pourtant m'a profondément marqué, mais exclusivement sur le terrain religieux. J'étais plutôt du coté des anticommunistes "secondaires" (sic, Alain de Benoist) qui prévoyaient l'implosion de l'URSS (qui a d'ailleurs eu lieu).

En revanche, je suis méfiant envers la Chine, parce que nous avons affaire là à un pays agressif qui petit à petit tisse sa toile dans le monde entier (par le biais économique notamment et son système esclavagiste comme le souligne à juste titre J-G Malliarakis) avec la complicité active des mondialistes (la Trilatérale comporte d'ailleurs désormais un "groupe" chinois).


Dominique

Au lieu de menacer militairement la RPC l'Administration américaine va, enfin, faire cesser les collaborations dangereuses de capitalistes américains avec le PCC. Car cette industrie montée de toute pièce par des Américains en RPC permet aussi de construire les armées de l'impérialisme chinois qui menaceront le monde libre,

Les peuples de Mongolie intérieure, du Tibet ont déjà été génocidés puis ” sinisés “ et c'est le tour des Ouïghours. Fort des lâchetés occidentales qui ont laissé faire, si Pékin commençait à envahir l’île de Formose, les pacifistes appelleraient vite à un nouvel accord de Munich !

Il n'est pas certain que l'Administration Trump réussisse à rapatrier aux USA les usines américaines implantées en Chine. Car c'est le plan du CFR américain ( créé par les banquiers lors de la Grande guerre européenne ) de réaliser un gouvernement mondial, et le très puissant CFR a la main sur “ l'État profond américain “.

Et l'organisation totalitaire de l'Union Européenne a été créée pour réaliser ce projet mondialiste, ainsi que l'alliance capitalo-communiste en RPC.

Les grands banquiers anglo-américains ne renonceront pas et ils n'ont jamais hésité à employer tous les moyens.

Espérons qu’avec le peuple des conservateurs américains, l'Administration Trump réussira car le sort du monde libre en dépend. Espérons aussi que les Européens agiront en ce sens.

Zwingli

Bon, alors, si vraiment les banquiers, les mondialistes et la trilatérale sont tous d'avis de s'entendre avec la Chine, nous sommes sauvés.

Ouf! Il n'y aura pas de guerre.

Merci RR et Dominique. Vous m'avez rassuré.

RR

@ Dominique


"Au lieu de menacer militairement la RPC l'Administration américaine va, enfin, faire cesser les collaborations dangereuses de capitalistes américains avec le PCC. Car cette industrie montée de toute pièce par des Américains en RPC permet aussi de construire les armées de l'impérialisme chinois qui menaceront le monde libre"

Trump serait complètement fou s'il menaçait militairement la Chine. Du reste, les dirigeants américains ne déclarent la guerre qu'aux beaucoup plus faibles qu'eux (la Serbie, l'Irak,...). La Chine (tout comme la Russie d'ailleurs) est un pays puissant qui a les moyens de se défendre. De ce point de vue, il y en a vraiment assez des US gendarmes du monde. Qu'on ne m'accuse pas une fois de plus d'être anti-américain, car je serai Américain, j'aurai la même position. Je suis d'ailleurs d'avis que les dirigeants français devraient cesser de vouloir régenter l'Afrique dont les Français n'ont que faire.
Concernant la Chine, c'est plutôt une offensive économique qui devrait prévaloir, autrement dit cesser d'être son débiteur et refabriquer chez nous (en Europe) les produits de toutes sortes que nous achetons dans les magasins. Mais pour cela, il ne faudrait pas que "nos" dirigeants soient sous la botte du capitalisme international exploiteur. Ce que vous annoncez concernant l'administration Trump va évidemment dans le bon sens, mais comme vous, je reste assez pessimiste.

françoise

Il y aura forcément la guerre vu la raréfaction des matières 1ères au 1er rang desquelles, les phosphates, ce dont bien peu parlent, écolos inclus. Dès 2030-2050, il n'y en aura plus ce qui ramenera la production à l'hectare au niveau d'avant 1800 et condamnera à la famine 80 % des habitants de cette Terre bien plus peuplée qu'en 1800. Lire cet article et l'émission d'ARTE qui y a été consacrée, ça fait peur : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/770897/phosphore-engrais-agriculture-situation
Et ça arrivera bien avant la montée des océans d'1 mètre !!!
La guerre est inévitable, il convient donc de s'y préparer sans attendre sinon ce sera un 2ème Montcornet, Sedan, etc...

Dominique

Gustave Le bon a révélé que des forces immatérielles et d'un monde invisible étaient les véritables causes de la Grande guerre européenne. Il l'a fait avant de connaître l'immensité des désastres. La pensée de Gustave le Bon continue à s'appliquer : le communisme et l'islamisme sont bien deux forces du Mal. Les islamistes sont ouvertement en guerre ou s'y préparent dans des pays qu'ils envahissent fe façon très visibleme, et pourtant beaucoup ne voient rien ! Les mêmes ne voient pas le danger du communisme de la Chine rouge, et les éternels “ pacifistes “ appellent même à une honteuse coopération. Des forces immatérielles sont à l'oeuvre. Mais il y a un autre souci : celui des vues courtes et des pensées étroites. La plupart des analystes continuent à regarder les évènements et le monde visibles, et l'histoire est enseignée aux écoliers comme une simple suite de dates et de noms. Les politiciens sont eux dans d'autres mondes, et peu appréhendent bien les relations internationales ( étant insuffisamment souverains et expérimentés ). Ainsi, en France, au lendemain de l'attentat à Sarajevo, les quelques 25 quotidiens parisiens n’envisageaient aucune conséquence guerrière pour la France, et un seul s'en inquiétait ! Certes les journalistes ne voient le plus souvent que la surface de l'histoire, mais ils rapportent aussi les opinions des ministères… Et les dirigeants européens signèrent avant 1914 des traités d'alliance, puis les ultimatums, les mobilisations générales, et enfin les déclarations de guerre sans imaginer que la guerre allait être désastreuse. Outre les 20 millions de morts, tous les pays subirent des destructions immenses, mis à part le Royaume-uni, les pays du Commonwealth et les Etats-Unis. Seuls le pape Benoit XV oeuvra rapidement pour l'arrêt des hostilités, et les nouveaux monarques Charles et Zita, tentèrent dès leurs accessions ( fin 1916 ) de rétablir la paix entre leurs pays ( Autriche, Hongrie, etc), l'Allemagne, la France, et l'Angleterre. Comment expliquer leurs échecs alors que la guerre totale dévastait déjà l'Europe ? Finalement la Grande guerre aura seulement profité aux grands banquiers internationaux qui en ont retiré des profits énormes et ont endetté des états pour longtemps. Des centaines de contrats de prêts furent conclus entre les grandes banques anglo-américaines et les belligérants, avant, pendant et après 14/18. Certains voient l'appât du gain comme étant le moteur des banquiers, d'autres dénoncent leur projet de domination qui devait passer par la disparition des grands états souverains qu’étaient la Russie et l’Autriche-Hongrie. La “ finance internationale “ ( à distinguer du banquier traditionnel qui prête aux entreprises dans son pays ) est elle à ajouter aux deux forces du Mal que sont l'islamisme et le communisme ? Ce n'est pas en effet pas pour rien que les grands banquiers anglo-américains prirent définitivement le contrôle de la banque centrale des Etats-Unis il y a un siècle, et qu'ils créèrent alors le CFR à l'origine des organisations internationales publiques et privées qui suppriment les souverainetés des états. Les membres du Cfr sont aussi à l'origine d'une alliance avec la Chine rouge pour y développer le capitalo-communisme. Le moyen de tenir tête au Mal est donc d'être protégé par les bonnes forces invisibles - le Christianisme - ... et d'assurer la souveraineté des états. Jean Bodin compara les mérites des différents régimes de république : la démocratie, l'aristocratie, la monarchie. Dans son traité “ Les six livres de la république “ il conclut que le régime de monarchie absolue est le mieux apte à assurer la souveraineté. Cet ouvrage fut reconnu à l’époque comme une oeuvre majeure, et Jacques Garello présente la souveraineté selon Jean Bodin, dans les portraits de philosophes du site de l'Aleps.

Dominique

Il y a eu un problème et mon texte est illisible. C'est mieux comme suit ( et j'ai allégé) :

*
Selon Gustave Le bon, des forces immatérielles et d'un monde invisible ont été les véritables causes de la Grande guerre européenne. Il l'a écrit avant de connaître l'immensité des désastres ! Les autres n'ont rien vu venir. Ainsi, en France, au lendemain de l'attentat à Sarajevo, les quelques 25 quotidiens parisiens n’envisageaient aucune conséquence pour la France, et un seul s'en inquiétait ! Or, les journalistes rapportaient aussi les opinions des ministères…

Ainsi les dirigeants européens ont signé les traités d'alliance jusqu'aux déclarations de guerre sans imaginer qu'une guerre serait à ce point désastreuse : 20 millions de morts et des destructions immenses ( mis à part le Royaume-uni et les pays du Commonwealth, et les Etats-Unis.) Seuls le pape Benoît XV oeuvra pour arrêter les hostilités, et les nouveaux monarques Charles et Zita qui tentèrent dès leurs accessions aux trônes de rétablir la paix en Europe.

Finalement, la Grande guerre a profité aux grands banquiers internationaux qui prêtèrent à tous les pays. Certains voient leur appât du gain, d'autres leur projet de domination qui passait notamment par la disparition de grands empires souverains.

À la sortie de la Grande guerre, les banquiers anglo-américains prirent le contrôle de la banque centrale des Etats-Unis. Ils créèrent le Cfr américain qui est à l'origine des organisations internationales publiques et privées. Et leur grande réalisation capitalo-communiste, en Chine rouge, est un de leurs moyens pour détruire la souveraineté des états.

Cette grande finance internationale est, il me semble, la source de l'idéologie mondialiste. Et ce mondialisme pourrait être devenu un ennemi analogue à l’islamisme et au communisme. La situation est grave puisque les islamistes mènent la guerre ou la préparent dans les pays qu'ils envahissent, et beaucoup ne voient rien ; d'autres ne voient pas le danger du communisme de la Chine rouge ; et le mondialisme impose ses règles avec souvent l'appui des régimes démocratiques.

Comment tenir et vaincre ? Il faudrait être protégé par les forces invisibles du Christianisme, et restaurer la souveraineté des états. Si la France était restée chrétienne et souveraine, elle aurait certainement évité l'accueil de populations islamiques, les investissements en Chine, et les méfaits du mondialisme.

J'en venai à la fin au bon régime pour assurer la souveraineté. C'est un autre sujet…

RR

J'ai découvert Gustave Le Bon (ainsi que beaucoup d'autres) lors de la lecture de Vu de droite d'Alain de Benoist. Le Bon était un visionnaire, notamment sur la question migratoire.

Dominique


@ zwingly

Pas besoin de guerre fort heureusement pour contrer le communisme chinois.

Le peuple américain a saisi sa chance de se libérer de l'emprise des mondialistes avec un président anti-mondialiste et un bon travail a déjà été accompli. Évidemment ce n'est pas gagné car l'état profond est puissant et il faudra faire un grand ménage... un travail d'Hercule.

Concernant la Chine communiste, des sénateurs américains reconnaissent qu'une guerre froide, celle dont parle ici notre chroniqueur préféré, est d'ores et déjà engagée. Cette position réaliste et de bon sens est celle de la majorité des conservateurs américains.

Les chrétiens américains participent aussi au combat contre le communisme chinois, et c'est primordial dans ce combat idéologique. Ainsi, le cardinal catholique Raymond Burke vient de lister les crimes que le communisme commet en Chine. Et il invite les Américains à abandonner le " made in China " et à se poser des questions sur leur dépendance à Chine, pays de l'athéisme et du matérialisme.

Il invite aussi les autres nations à se poser les mêmes questions, à l'occasion de la prise de conscience de leur dépendance dans les produits chinois de la santé et de la vie.

Les Etats-Unis sont sur un bon chemin. On ne peut hélas pas en dire autant de la France, et de l'UE,

https://www.breitbart.com/asia/2020/05/22/cardinal-burke-chinese-communism-an-evil-form-of-government/

Helveticus

Lebon a également beaucoup influencé Adolf Hitler. Notamment son livre sur la psychologie des foules.

Dominique

J'ai avancé une hypothèse : un pacte passé entre les mondialistes américains ( le CFR des grands financiers ) et le PCC pour développer un projet capitalo-communiste en Chine rouge.

Un article d'un journal d'exilés chinois avance que les mondialistes sont venus au secours du communisme chinois, et que le PCC a ensuite mis la mondialisation à son usage exclusif... dans le but de répandre rapidement sur le monde l’idéologie communiste !

Également en infiltrant les organisations internationales. Ce qui est exact, puisque l'ONU ( qui ne répond plus à son objectif de maintien de la paix ) diffuse les idéologies athéistes et matérialistes, et fait adopter des réformes et des traités qui détruisent les pays occidentaux.

https://fr-mb.theepochtimes.com/chapitre-17-la-mondialisation-outil-du-communisme-1282954.html


Zavarzine

@Helveticus On prétend en effet que Hitler aurait lu la Psychologie des Foules... cela n'implique aucune responsabilité de Le Bon dans le national-socialisme, pas plus que celle de Balzac dans les crimes du communisme sous prétexte que Marx a lu Balzac...

RR

Pour information Gustave Le Bon via son maitre ouvrage La psychologie des foules a influencé tous ceux qui aspiraient à devenir des hauts dirigeants politiques de leur pays, ce qui impliquait adhésion d'une majorité du Peuple à leur projet: Mussolini, Hitler, De Gaulle, probablement Lénine et Mao Tsé-Toung, et j'en oublie.


"On prétend en effet que Hitler aurait lu la Psychologie des Foules... cela n'implique aucune responsabilité de Le Bon dans le national-socialisme, pas plus que celle de Balzac dans les crimes du communisme sous prétexte que Marx a lu Balzac…"

Évidemment. Encore pour information, le principe du Parti unique comme instrument du pouvoir totalitaire n'est pas né avec Mussolini repris par Hitler, mais de Lénine dont ces deux dictateurs sont sur ce point précis les héritiers (même si Lénine en tant que marxiste y voyait une étape intermédiaire), encore que lui même s'est inspiré du "modèle" original qui est la dictature du parti Jacobin pendant la Révolution française.

RR

Notons enfin que dans la retranscription qu'a fait Hermann Rauschning de ses longues conversations avec Hitler, il ressort que ce dernier ne cache nullement s'être inspiré de la stratégie (victorieuse) des marxistes-léninistes en Russie.

Helveticus


C'est vrai. Le fait que Hitler se soit inspiré de la Psychologie des foules de Gustave Le Bon pour les grandes démonstrations de masse du parti nazi n'implique pas une responsabilité de Le Bon dans le nazisme. On pourrait dire la même chose de Gobineau qui a été aussi lu par Hitler, avec délectation.

Il n'empêche que Hitler et son mouvement restent des phénomènes très méconnus, à cause de cette impossibilité d'historiciser cette période qui a été la conséquence de la fameuse querelle des historiens en Allemagne (Historikerstreit). Ernst Nolte pensait que l'on devait historiciser cette période, c'est à dire la traiter rationnellement et non se contenter d'une diabolisation. Cette querelle a été perdue officiellement par Nolte, au profit de Habermas et de ses comparses, mais il est bien clair que c'est Nolte qui avait raison. Je ne voudrais pas réhabiliter Hitler mais c'est trop commode de se dispenser de toute analyse rationnelle et d'en rester à une imprécation démonologique ou de se retrancher derrière la différence entre la France et l'Allemagne, comme si c'étaient deux planètes dans deux galaxies sans aucune communication entre elles.

J'ai fait cette remarque au sujet de Gustave Le Bon aussi pour attirer l'attention un peu sur une certaine autosatisfaction chez les nationalistes français qui ont souvent tendance à prétendre qu'ils n'y a rien de commun entre eux et le nationalisme allemand. Ils ont tort de prétendre cela. Bien sûr il y a toute la différence des caractères nationaux, l'hostilité violente de Maurras et de Barrès envers l'Allemagne, cette hantise du romantisme chez Maurras, etc., mais il n'en reste pas moins que le nazisme, comme l'Action Française, comme le fascisme mussolinien, appartiennent à une même époque et tentaient de donner des réponses aux mêmes problèmes dans des contextes nationaux différents. Ces mouvements ont donc plus d'affinités entre eux qu'on ne voudrait l'admettre si l'on redoute avant tout de compromettre la réputation de l'A. F. en faisant la comparaison.

Cette comparaison justement, a été faite par Ernst Nolte dans son premier livre "Der Faschismus in seiner Epoche" (le fascisme dans son époque) publié en 1963. C'est un texte très intéressant. Nolte en tire une conclusion d'ailleurs très flatteuse pour l'A. F., puisqu'il dit que le nazisme est périmé alors que la pensée de Maurras a encore de l'avenir. Mais évidemment pour un bon maurrassien c'est horrible d'oser comparer les deux.

http://maurras.net/pdf/article_nolte/kunter_sur_nolte.pdf

https://www.parutions.com/pages/1-6-82-3331.html

RR

Plutôt que d'insinuer une proximité entre l'Action française et les fascismes (une fois n'est pas coutume, j'emploi ici ce terme pour désigner toutes les "révolutions nationales" des années 30 exceptées les régimes ultra-conservateurs établis en Espagne et au Portugal qui n'ont rien de révolutionnaires, par conséquent de fascistes si ce n'est un certain nationalisme qui ne doit rien aux fascismes), il paraitrait beaucoup plus pertinent d'examiner les projets des uns et des autres, et là on constaterait qu'ils sont radicalement différents; je pourrai aisément le démontrer mais ça serait trop long; il s'agirai là d'une discussion purement historique qui non seulement n'a pas vraiment sa place sur ce blog mais de plus n'a aucun intérêt par rapport au combat politique actuel.
On peut néanmoins se poser un instant s'entend (encore une fois parce que ça ressort du débat historique sans intérêt pour le combat actuel) la question de savoir s'il n'existe pas une interprétation fasciste de la pensée de Charles Maurras. Et là on peut s'intéresser au Faisceau de Georges Valois dissidence fasciste de l'AF et dont l'ouvrage "La Révolution nationale" (sorti en 1924) est le bréviaire. Valois y reprend les thèses de l'AF d'avant 1914 fortement ancrée sur la question sociale mais en diffère sur la nature du "Chef" qui devra conduire la Révolution. S'il ne rejette pas encore tout à fait le roi, il n'exclu nullement un Chef appelé par le Peuple comme en Italie. Par ailleurs à la différence de Maurras, Valois ne rejette pas intégralement la Révolution française. Petit à petit au cours de sa brève existence, le Faisceau s'éloignera de plus en plus de l'AF pour devenir un mouvement fasciste insistant par ailleurs sur ses sources doctrinales bien de chez nous (Proudhon, Sorel, Barrès, Maurras, où il n'est d'ailleurs nullement acquis que les trois premiers s'y seraient reconnus, le quatrième y étant violement hostile).
Mais le caractère individualiste des Français ainsi que l'Occupation feront qu'il n'y aura jamais eu de forte adhésion chez nous à un projet fasciste.
En revanche, l'AF malgré son caractère rétrograde survivra la guerre autour d'un noyau solide de convaincus. Comme l'écrit Bertrand Renouvin alors encore maurrassien dans son excellent ouvrage "Charles Maurras, l'Action française et la question sociale", Maurras et son mouvement s'ils ont toujours été viscéralement hostiles à Hitler, n'ont pas non plus été des admirateurs de Mussolini considéré seulement comme un moindre mal. Le seul régime que le mouvement royaliste ait réellement soutenu et se soit intéressé est celui de Salazar qui rappelons le encore ne saurait être considéré comme fasciste.

Helveticus

Oui c'est certain, mais il n'en reste pas moins qu'une porosité certaine existait entre toutes ces idées et les milieux qui les portaient. On lisait l'Action Française et en même temps Gringoire et Je Suis Partout. Même en Suisse on les lisait, imaginez vous. Beaucoup même.

Une des caractéristiques du "maurrassisme" de stricte observance aujourd'hui, est une certaine propension à faire des théories doctrinaires pour dédouaner l'A. F. de toutes ces proximités, qui existaient pourtant. Il y aurait beaucoup à dire. Je ne le dis pas pour accuser un milieu intellectuel dont je me sens proche, mais parce que je trouve vain de vouloir nier ces proximités.

Un auteur intéressant: Thomas Molnar, Hongrois maurrassien vivant à New York, a bien montré dans certains de ses livres combien le "maurrassisme" était une doctrine internationale. On trouvait des maurrassiens en Suisse, même parmi les protestants, en Belgique, au Canada (surtout français), en Argentine, au Brésil, bien sûr en Espagne et au Portugal, partout. Molnar montre que c'est la condamnation de l'A. F. par le pape qui a porté un coup d'assommoir à ce succès idéologique triomphal qui était au moins aussi fort et général que le fût celui du marxisme après le 2ème guerre mondiale.

Maurras ayant reculé devant la prise du pouvoir qui aurait pu être à portée de main le 6 février 34, beaucoup de ceux qui avaient suivi ses idées en ont été écoeurés et ont alors basculé dans diverses formes de fascisme, ou ils ont "couché avec l'Allemagne" comme Brasillach.

Tout ce monde n'a pas cessé de se côtoyer et se côtoye encore dans la mouvance nationaliste, même si l'A. F. tente de montrer une image lissée et fait comme si, littéralement, Maurras n'avait jamais été antisémite.

Cette attitude est peut-être une sage prudence, pour ne pas donner d'armes à la gauche. Mais cela me paraît un peu vain et mièvre.

RR

@ Helveticus


"Oui c'est certain, mais il n'en reste pas moins qu'une porosité certaine existait entre toutes ces idées et les milieux qui les portaient. On lisait l'Action Française et en même temps Gringoire et Je Suis Partout."

Tout à fait exact, et c'est je dirai assez cohérent dans le sens où les principaux rédacteurs de JSP étaient des dissidents de l'AF (dont certains n'avaient pas totalement renié Maurras). Quant à Gringoire, c'était un peu le Minute de l'époque, donc dans la mouvance disons nationale. Je pense que ceux qui lisaient ces trois publications en même temps avaient un esprit assez ouvert et voulaient prendre chez chacun ce qu'ils pensaient de positif.


"(…) Molnar montre que c'est la condamnation de l'A. F. par le pape qui a porté un coup d'assommoir à ce succès idéologique triomphal qui était au moins aussi fort et général que le fût celui du marxisme après le 2ème guerre mondiale."

Molnar est un auteur intéressant en effet. J'ai lu il y a bien longtemps son livre "La Contre-Révolution". Il a raison de prétendre que la condamnation de l'AF par Pie XI lui a été fatale; c'est le pire coup qui puisse arriver à un mouvement se réclamant hautement catholique (on notera que jamais un pape n'a pu faire de même avec la Contre-Réforme Catholique, l'abbé de Nantes avait d'ailleurs lancé un "défi" aux papes à travers deux Liber accusationis le premier adressé à Paul VI, le second à Jean-Paul II, laissés sans réponse tous les deux; ainsi les plus hautes autorités de l'Église ne sont jamais parvenus à l'excommunier!); mais concernant l'AF, deux autres faits l'ont aussi anéanti comme le dit très bien le royaliste ancien maurrassien Bertrand Renouvin qui a étudié la question de très près: la rupture avec la Maison de France d'abord, l'attitude sous l'Occupation ensuite.
Toutefois, de là à prétendre comme le fait vous nous le dîtes Molnar que si l'AF n'avait pas subie la condamnation papale (et j'ajoute même les deux faits complémentaires que j'ai cité via Renouvin), son succès aurait égalé celui du marxisme, il y a là je crois exagération. D'ailleurs une des raisons du revirement de l'AF sur la question sociale dans une direction nettement moins disons prolétarienne mais plutôt bourgeoise après la guerre de 14-18 est en grande partie due aux succès remportés par les marxistes sur le monde ouvrier.


"Maurras ayant reculé devant la prise du pouvoir qui aurait pu être à portée de main le 6 février 34, beaucoup de ceux qui avaient suivi ses idées en ont été écoeurés et ont alors basculé dans diverses formes de fascisme"

Oui.


"Tout ce monde n'a pas cessé de se côtoyer et se côtoye encore dans la mouvance nationaliste, même si l'A. F. tente de montrer une image lissée et fait comme si, littéralement, Maurras n'avait jamais été antisémite."

La mouvance nationaliste de nos jours, parlons-en ou plutôt n'en parlons pas cela vaut mieux.
Pour ce qui concerne l'AF "contemporaine", je pense que c'est plutôt à un de ses partisans de vous répondre plutôt qu'à moi !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)