Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Une si longue crise | Accueil | L'ignorance, la maladresse et la dérision »

lundi 16 déc 2019

Commentaires

Dominique

La grande invasion islamique n'attend pas la constitution d'une armée européenne, car c'est maintenant qu'il faut fermer les frontières aux envahisseurs. Or la Commission européenne est immigrationniste comme les états, à part quelques uns. C'est un dilemme. Madame von der Leyen a donc de l'ouvrage...

Un autre dilemne est effectivement la présence de la Turquie dans l'OTAN, obérant, notamment l'intervention de l'OTAN aux frontières à l'est de l'Europe pour se protéger des invasions qui passent par la Turquie, pays représentant toujours un danger pour l'Europe. Ajoutons que la Turquie s'active en ce moment autour de Chypre et menace même d'intervenir en Libye.

Le flan sud de l'Europe doit aussi être protégé, or ce sont des ONG de pays d'Europe du nord et particulièrement allemandes qui prennent en Méditerranée le relai des passeurs africains. Et seules nos troupes interviennent en Afrique, avec quelques milliers d'hommes, alors qu'il faudrait pouvoir réduire les islamistes sur une étendue géographique considérable sur une bande allant de la Mauritanie jusqu'au Soudan.

Si l'OTAN ne veut ou ne peut intervenir pour verouiller les frontières européennes, il faudra donc recourir à court et moyen termes à des armées nationales. Autre dilemme étant donné la faiblesse des armées européennes. Et on connait l'état des armées françaises, autre dilemme encore.

Madame von der Leyen a de bonnes intentions mais il lui faudra, donc, changer les politiques des états membres ! Il lui faudra aussi abandonner son délirant projet écologique à 1.000 milliards d'euros, d'autant qu'on ne protégera pas l'Europe sans participer également au développement économique et social des pays africains, où les islamistes font sans cesse de nouvelles recrues, de gré ou de force.


nikita zix

Votre arithmétique, cher Jean-Gilles, me paraît assez hasardeuse : ceux qui ont choisis les Tories sont loin d'être tous des Brexiters, et symétriquement tous les partisans du Labour ne sont pas des Remainers, loin de là.

Davantage que la participation ou non au système bureaucratique bruxellois, c'est la question de l'attachement à l'essence du mode de vie britannique qui me semble avoir été décisive. Beaucoup d'anglais, toutes classes sociales confondues, et Dieu sait si les hiérarchies et déterminismes sociaux y sont plus marqués qu'ailleurs, ont considéré que le multiculturalisme, les revendications toujours plus délirantes de minorités de toutes sortes, les effets de la mondialisation financière (même parmi ceux qui en bénéficient), ça commençait à bien faire. Car la grande majorité des gens au UK est viscéralement fière de son pays, même si elle ne l'exprime pas toujours spontanément.

C'est ainsi que le deconstructivisme, cette grande spécialité française qui se conjugue si bien avec la haine de soi, le masochisme et au fond cette pulsion de mort qui habite un certain nombre d'occidentaux, vient de subir un brusque coup d'arrêt. En cela le succès des Tories est un événement majeur, bien plus que les habituelles péripéties électorales qui ne changent jamais rien.

RR

Concernant l'Irlande du Nord (Ulster), un petit mouvement NR du nom de "Ulster Nation" a proposé une alternative entre d'une part la réunification avec l'Irlande du Sud (Eire) qui pénaliserait les Britanniques "de souche" installés depuis des lustres en Irlande du Nord, et d'autre part le maintien de la situation actuelle de rattachement au Royaume uni qui fait des Irlandais du Nord contre leur volonté des sujets britanniques: celui d'une Uster nation indépendante à la fois de l'Irlande et du Royaume uni mettant en avant le destin désormais commun des deux communautés.
Peut-être une bonne solution dans le cadre de nations intégrées à une Europe authentique.

Je ne sais pas si ce mouvement existe toujours; je l'ai bien connu du temps de "Nouvelle Résistance" dans les années 90. Ses publications étaient intéressantes.

Dominique

J'ai déposé un commentaire ( ci-avant) réaliste concernant notre défense et et la défense européenne. Ce qui m'a amené à la question… habituelle : que s'est il passé pour que l'Europe, et en particulier notre pays, en soient arrivés là ? Les réponses sont évidemment déjà dans de multiples Chroniques de l'Insolent.

Le Brexit est certes regrettable, pour un Européen convaincu, mais il faut reconnaître que l'Île ( britannique ) a toujours fait bande à part ; question d'insularité, peut être, puisque cela l'a toujours protégé des tentatives de dominations extérieures.

Pour la sortie de l'UE tout s'est joué à quelques % et le rejet de l'immigration fut un facteur important dans la décision en faveur des “ brexiters ”. Mais tout n'est pas encore joué sur le plan de l'indépendance de la GB, notamnent vis à vis des institutions juridiques de l'UE ; et sur le fond, l'avenir des libertés des Britanniques n'est pas gagné puisque le gouvernement de Johnson s'affiche plutôt au centre gauche pour la politique la santé et l'immigration, deux sujets énormes et signifiants… Il faut donc attendre pour voir s'il y a un réflexe conservateur et nationaliste véritable Outre-Manche.

Ce qui est plus intéressant, à mon avis, dans le départ des Britons est que cela affaiblit le projet mondialiste d'une Europe-projet d'un gouvernement mondial, dirigé par des “élites” non élues (comme M. Breton) et une classe de fonctionnaires privilégiée.

Si l'EU avait été plus européenne et non ouvertement supra-nationale ( et immigrationniste ), les Britanniques seraient probablement toujours dans l'UE. Il ne me semble pas acquis que ceux qui dirigent cette UE en tireront les leçons, à voir les sanctions qu'ils préparent contre les pays "dissidents" en matière d'immigrations dites légales, et illégales.

Dominique

Notre commentateur préféré espère qu'un sursaut européen viendra avec la constitution d'une armée européenne, propos avancé par la nouvelle présidente de la Commission à propos de la menace turque. Ce serait effectivement positif, sauf que dans l’état actuel de l'EU, on mettrait encore une fois la charrue avant les boeufs comme avec la triste monnaie unique...

Nous ne sommes en effet plus dans le cadre de la Communauté Européenne de Défense comme en 1954, mais dans un projet de bras armée d'une éventuelle nation européenne qui est hélas encore très loin d'exister telle que nous la souhaitons.

Peut il exister une armée sans que préexisterait une nation européenne ?

D'autant que nous voyons bien, au fil des ans, que les politiques menées : politiques dites sociales, sur-endettement des états, politiques financières des états, ouvertures des frontières, organisations des immigrations de masse, décarbonisations stupides, etc. proviennent de l'ONU, du FMI, et d’autres institutions mondialistes discrètes ( CFR, Trilatérale ) organisations supra-nationales évidemment non élues par les peuples européens;

la Commission, la BCE, la CEDH, sont aussi des institutions mondialistes, non véritablement européennes : leurs dirigeants ne sont pas des élus, mais "choisis" au hasard des humeurs et relations des dirigeants pays membres ( ! ) pour leur soumission aux directives des mondialistes,

le parlement de Strasbourg faisant l'illusion démocratique.

Notons que l'OTAN est également une institution mondialiste, donc nuisible ( comme elle l'a montré en ex Yougoslavie ) et non américano-européenne. ( D'où la remise en cause de l'OTAN par l'Administration actuelle des USA ; le sous financement par des pays européens n'étant que le prétexte de l'Exécutif américain qui veut sortir les USA des institutions supra nationales.)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)