Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Puisqu'on évoque Dien Bien Phu | Accueil | Dans le piège du référendum »

jeudi 09 mai 2019

Commentaires

Robert Marchenoir

@ Zonzon | mardi 04 juin 2019 à 07:31

Vous pourriez avoir la décence de me remercier. Après tout, c'est grâce à moi que vous vous retrouvez à polluer ce blog de vos attaques personnelles et de vos calomnies continuelles à mon égard, sans le moindre rapport avec les articles de son auteur.

Je regrette d'avoir eu le malheur de poster, une fois, un lien vers un article de Jean-Gilles Malliarakis sur le blog de Philippe Bilger. Il a fallu qu'il attire ici la lie des commentateurs de ce blog. Ce ne sont pourtant pas les intervenants de qualité qui manquent, chez Bilger. Mais la mauvaise monnaie chasse toujours la bonne.

Ce qu'il y a de bien, avec les racailles crypto-communistes dans votre genre, c'est qu'elles avouent assez rapidement leur nature. Vous dites de moi : "Suffisant et odieux ; un goujat de compétition dont le ressort essentiel est de balancer des horions à des personnes physiques qui sont dans l’impossibilité de lui appliquer la réponse physique correcte : une retentissante paire de claques !"

La suffisance et le caractère odieux sont de votre côté. Incapable que vous êtes de réfuter mes arguments, furieux que vos idées vaseuses et néfastes soient réduites à néant, vous vous réfugiez dans le recours de tous les bandits d'habitude : la menace de violences physiques. Lâche que vous êtes, vous ne vous y risquez que bien à l'abri derrière votre écran, dans la certitude que la réciproque ne saurait vous être infligée dans la réalité.

Vous êtes tellement idiot, que vous m'avez attribué, il y a peu, une remarque incise dans l'un de mes commentaires, qui était en réalité une réaction de Jean-Gilles Malliarakis.

Le contenu même de cette remarque l'indiquait sans doute possible. C'était évidemment ce dernier qui affirmait, à votre adresse, ne pas connaître mon identité, et non pas moi qui déclarais ne pas connaître l'auteur du blog où je ne suis qu'un invité, ainsi que vous l'avez stupidement prétendu.

Après m'avoir tout aussi stupidement pris à partie, au prétexte que j'avais osé dire du bien de l'un de ses articles (on mesure le culot !...).

Bête et méchant comme ses pieds : voilà qui vous caractérise assez bien. Vous attribuez à autrui la prodigieuse insolence qui est la vôtre. Figurez-vous que vos vices ne sont pas universels. Tout le monde ne transforme pas les blogs où il commente, ainsi que vous le faites, en tableau d'affichage de ses obsessions, de ses haines recuites et de ses insultes personnelles, sans le moindre égard pour le travail de qui l'accueille.

Vous êtes tellement imbu de votre personne que vous vous permettez, à l'égard de Noblejoué, un autre demandeur d'asile de chez Bilger : "Surpris mais ravi de vous voir ici. C’est un honneur que d’avoir le privilège de vous y accueillir !"

C'est vous qui accueillez les gens, ici, maintenant ? On ne vous dérange pas trop ? Voulez-vous que nous nous éclipsions sur la pointe des pieds ?

Et une fois de plus, vous avez l'ahurissante impolitesse d'importer ici, latéralement, une discussion sur René Girard que j'ai lancée chez Philippe Bilger, qui n'a strictement rien à voir avec "Le trucage des choix binaires" aux Européennes dont traite ici Malliarakis, et à laquelle vous êtes trop lâche pour participer à la loyale, là où elle a lieu et au moment où elle a lieu.

Comme nous sommes sur Internet, on ne vous entend ni péter ni roter, mais je vous assure que l'odeur arrive jusqu'ici.

Chibounidia

Bien vu et bien dit, cher Robert. Ce "Zonzon" est typiquement ce que les gens de la génération Internet appellent un "troll" : un parasite intellectuel et un pollueur de discussions. En d'autres termes, pour ce que j'ai pu lire de lui, il n'a pas grand-chose à faire sur ce blog. Mais naturellement, ça sera à l'aimable et courtois propriétaire des lieux d'en juger et, le cas échéant, de prendre la mesure adéquate.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)