Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Catalogue des Editions du Trident

Contact

« La retraite enjeu politique | Accueil | Gilets jaunes pas morts »

samedi 13 avr 2019

Commentaires

RR

"@auroreberge : "Le gel des pensions de retraite est une mesure de justice sociale. Dans ma circonscription je croise tous les jours des retraités qui prennent 3 repas par jour et parfois même un goûter. Ils doivent faire un effort, ils ont les capacités de le faire[3]"."


Non mais c'est dingue d'oser dire ça. C'est faire abstraction qu'il y a repas et repas. Comme si l'on pouvait mettre sur le même plan un repas composé d'un hors d'œuvre + plat de viande ou de poisson au détail + fromage + fruit le tout arrosé de bon vin, avec un autre composé d'un unique plat de pâtes issu d'une boite achetée au supermarché du coin, arrosé d'eau du robinet.
Ces gens-là vivent totalement en dehors du peuple, il s'agit d'une oligarchie autoproclamée d'élites qui est en fait composée de professionnels de la politique bons à strictement rien d'autre et qui ne servent en aucun cas leurs compatriotes dont ils tirent pourtant leurs salaires exorbitants. Nous savons qui sont ceux qui bénéficient de leur compassion.

Dominique

Sa déclaration sur le gel est insensée, et effectivement idéologique. Les retraités devraient récupérer leurs versements majorés des intérêts, via des caisses privées.
Envoyons cette juppée-jeunette garder nos frontières pour devenir aquérir mature.


Elle a succédé aux chrétiens et compétents Boutin et Poisson : LaREMacron c'est bien la chute de la France.

La route du Vénézuéla est proche... À gauche toute !

RR

Suite de mon précédent message:


Et d'ailleurs quand bien même tous les repas en question seraient composés de la première formule (ce qui évidemment est malheureusement loin d'être le cas), ils seraient payés pour l'immense majorité d'entre eux avec de l'argent dûment gagné. Bref, comme pour les droits de succession, l'État sous prétexte d'égalitarisme spolie ceux qui travaillent ou ont travaillé.

Oui en effet, c'est la vieille mentalité d'une certaine gauche qui s'est par ailleurs depuis quelques décennies cosmopolitisée. À noter tout de même que les promoteurs de cette politique dégueulasse, parasites dans le sens qu'ils n'apportent rien de positif tout en se sucrant sur le dos des contribuables, ne vont jamais jusqu'à s'appliquer pour eux ce qu'ils préconisent pour les autres. Ils trahissent tous sans vergogne la vraie république (res publica = bien commun) parfaitement définie par Bertrand Renouvin.

FRANCOISE GIRAUD

Encore une tête à baffes qu'il faudra redresser à la première occasion : j'aimerais bien savoir combien de fois elle bouffe par jour pour lui proposer de faire un effort.

RR

@ Dominique

"Les retraités devraient récupérer leurs versements majorés des intérêts, via des caisses privées."


Évidemment, mais cela ne pourra arriver que par l'avènement d'un nouveau régime authentiquement démocratique et authentiquement républicain, exempt de tout dogmatisme.

Les Français devront être correctement informés sur les différentes options possibles à propos de protection sociale, retraite, etc. Peut-être alors comprendront-ils que la "solution" étatiste est nuisible et se rangeront ils par un choix tout à fait démocratique sur celles proposées par le patron du blog et exposées notamment dans Pour une libération fiscale (toujours disponible, cliquez sur l'image du livre en question dans la colonne de gauche pour le commander si ce n'est pas déjà chose faite).


Dominique

J'avais posé la question sociale à un membre du clan Sarkozy venu tenir une réunion publique près de chez moi. Il osa répondre "c'est ce que nous voulons faire mais avec l'accord de tous les Français"...

Tous sont complices du collectivisme français. De la gauche jusqu'à la droite. Complices aussi des parachutes de retraite doré, et des multiples retraites des politiciens et de fonctionnaires, qui constituent une rupture de l'égalité.
Je pense qu'il faudra un effondrement du système(s) français pour reconstruire sur des bases libérales, c'est à dire de liberté. Répétez sans cesse un mensonge : "le système social que le monde nous envie" et il devient une vérité.

Nous n'avons pas de grands médias libres, et les rares qui sont à la marge sont incompétents sur ces questions. Ils préfèrent la politique c'est plus simple et plus vendeur.
Il faudrait former en faisant lire l'INSOLENT et le livre de G.LANNE aux Ed. du Trident sur la SÉCU. Quand je dis que les Ed. du Trident sont une mine d'or pour comprendre ce qu'est la liberté, c'est très exact.

En France on ne sait pas que la liberté individuelle est une condition de l'économie efficace et juste. Cela devrait être enseigné à tous les niveaux, de l'école à l'université. L'ESCP - EUROPE avait Philippe NÉMO, ce qui était remarquable. Mais une école ne fait pas un pays.

Aux USA des dizaines de "think tanks" font rayonner les oeuvres des grands penseurs libéraux d'hier et d'aujourd'hui, et d'une manière générale la pensée libérale. La société américaine est fondée sur cette conception de la liberté. Et ils ont des medias propres (OANN par exemple).
Des initiatives existent en France cf. la remarquable ALEPS dans la blogueliste, mais aux moyens moins importants.

Robert Marchenoir

J'hésite... vous avez bien compris que ce prétendu tweet d'Aurore Bergé sur les trois repas par jour est une invention, forgée par un site parodique ? J'ai failli m'y laisser prendre, et commenter sans suivre le lien...

C'est une parodie qui correspond cependant à un mouvement de fond de l'opinion, toutes tendances politiques confondues, y compris chez certains soi-disant libéraux.

Après la guerre des classes, la guerres des sexes, la guerre des races, nous avons maintenant la guerre des générations.

Il va de soi que, quand bien même la mal nommée retraite par répartition devrait être remplacée par la retraite par capitalisation, quand bien même l'un des grands vices de la première est qu'il n'y a aucun contrat garantissant aux retraités la contrepartie de leurs cotisations (contrairement à la croyance qui soutient la foi en ce régime), la société possède une responsabilité morale de garantir cet engagement aux vieux, qui, contrairement aux jeunes, n'ont plus la possibilité de pourvoir à leur avenir.

Le temps d'assurer, bien sûr, la transition vers une système par capitalisation, seul, à la fois, viable et avantageux pour ses bénéficiaires.

L'arnaque qui se dessine, bien évidemment, c'est que sous prétexte de vertu libérale ("on ne peut plus continuer comme ça, il faut être réaliste"), on fera exactement l'inverse.

Il y aura quelques gesticulations pseudo-libérales pour donner le change, mais non seulement on n'instaurera pas une vraie retraite par capitalisation, mais on tirera le tapis sous les pieds des vieux, en leur diminuant leur pension par tous les moyens.

Spolier les vieux précisément au moment où ils n'ont plus le moyen de se défendre, c'est l'ultime avatar du communisme à la française, qui a toujours besoin de se venger sur une catégorie sociale pour trouver à se nourrir de l'argent gratuit des autres.

Partout, dans tous les bords politiques, on entend dire que les retraités ont eu une vie trop facile, qu'ils en ont trop profité -- et que, par conséquent, il convient de les punir.

Non seulement les prémices sont fausses, non seulement le raisonnement est odieux, mais c'est l'ultime avatar de la déchristianisation de la société.

RR

Dominique a écrit:

"Je pense qu'il faudra un effondrement du système(s) français pour reconstruire sur des bases libérales, c'est à dire de liberté. Répétez sans cesse un mensonge : "le système social que le monde nous envie" et il devient une vérité."


En effet.
Et il y a bien mensonge sur le système social que le monde nous envie puisqu'aucun pays ne l'adopte !

goufio

@Dominique- a propos de la presse en France : Le rapport de la Cour des Comptes https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2018-01/12-aides-presse-ecrite-Tome-2.pdf vise : « Le secteur de la presse écrite regroupe environ 3 350 entreprises, emploie 59 000 personnes dont 21 000 journalistes, et publie 8 000 titres. Son chiffre d’affaires qui dépassait 10 Md€ en 2000 n'atteint plus aujourd’hui que 7,5 Md€. La dégradation apparente de sa situation s'explique principalement par la diminution de la vente de journaux imprimés : alors qu’il s'élevait en moyenne à 7 milliards au cours de la décennie 1990, le nombre annuel d’exemplaires diffusés est actuellement de 4,3 milliards, tandis que les recettes publicitaires sont passées dans le même temps de 3,8 Md€ à 2,4 Md€. En regard de ces chiffres, le montant total des aides dont bénéficie le secteur est élevé en valeur absolue et représente une part croissante de son chiffre d’affaires.
Selon le périmètre et les conventions retenus, leur montant total en 2017 oscille donc entre 580 M€ (documents budgétaires) et 1,8 Md€, dont un peu moins de 130 M€ d’aides budgétaires directes »
Si je m’arrête à des ratios simples 59.000 / 3.350 = 17,6 personnes par entreprise de presse dont 6,27 journalistes en moyenne ! Les subventions de 580 M€ à 1,8 Mds€ soit 9.830 € à 30.508 € par personne ! Ils n’ont plus besoin de travailler puisqu’il s’agit de l’équivalent d’un salaire.

Dominique

@ goufio
Impressionnant. Ces subventions maintiennent des journaux qui font partie de " l'État Profond ". Ils produisent les fausses nouvelles qui manipulent les électeurs.

Le journal PRÉSENT ne perçoit pas de subvention : étant le quotidien catholique et de droite.

Robert Marchenoir

@ goufio | dimanche 14 avr 2019 à 07:56
"Si je m’arrête à des ratios simples 59.000 / 3.350 = 17,6 personnes par entreprise de presse dont 6,27 journalistes en moyenne ! Les subventions de 580 M€ à 1,8 Mds€ soit 9.830 € à 30.508 € par personne ! Ils n’ont plus besoin de travailler puisqu’il s’agit de l’équivalent d’un salaire."

Votre calcul est démagogique, et démontre votre illettrisme économique. Il prouve aussi le besoin viscéral de chercher un bouc émissaire : les journalistes. Lesquels finissent par se faire attaquer physiquement, à force de tirades telles que la vôtre.

Votre calcul suppose que les seules dépenses d'une entreprise sont les salaires (plus, à la rigueur, un minuscule pourcentage pour les "frais").

Figurez-vous qu'un quotidien, ou une chaîne de télévision, ont d'énormes dépenses de papier, d'équipement techniques, de services de télécommunications, de déplacements, etc.

Mais non : il faut absolument que vous insinuiez que les journalistes se mettent ces subventions dans la poche, alors que la plupart d'entre eux sont très médiocrement payés -- à l'instar de toutes les professions à la fois intellectuelles, créatives et attirantes. Bien sûr, le bon peuple s'imagine, et fait croire, que tous les journalistes sont payés au même tarif que quelques vedettes de l'écran.

Cela n'est nullement un plaidoyer de ma part en faveur des subventions. En tant que libéral, je suis opposé à toutes les subventions. Celles aux médias comprises.

Je remarque cependant que l'hostilité aux subventions est à géométrie variable, au sein de la gauche comme parmi le réactionnariat. On dénonce beaucoup celles dont bénéficie la presse, on s'indigne beaucoup moins, par exemple, de celles dont bénéficient les "paysans".

D'après le rapport que vous nous citez vous-même, les subventions à la presse écrite s'élèvent à 1,8 milliard (la plus grande partie consistant, non en des subventions à proprement parler, mais en des tarifs postaux préférentiels, des taux fiscaux et sociaux spécifiques, etc.).

Les subventions aux Saints Paysans Français de la Terre qui ne Ment pas s'élèvent à 33 milliards d'euros, soit 100 € par ménage et par mois ! (source IREF). Mais ce chiffre-là, vous ne l'avez lu nulle part, parce que les "paysans" sont une classe protégée par la gauche comme par la droite, par l'extrême-droite comme par l'extrême-gauche.

Cent euros par ménage et par mois... vous vous rendez compte de ce que cela représente, au regard des lamentations des Gilets jaunes sur le prix de l'essence, ou de la différence que représenterait, sur le budget alimentation, la différence entre la TVA actuelle à 5 %, et celle à 0 % qu'ils réclament ?

Mais taxons les riches, ça vaut mieux ! Rétablissons l'ISF dans son assiette complète ! Taxons le kérosène, le méchant kérosène qui ne permet à aucun classe-moyenniste de partir en vacances pour quelques dizaines d'euros en Tunisie ou en Espagne !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)