Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Catalogue des Editions du Trident

Contact

« Venezuela : un bilan provisoire du 23 février | Accueil | On ne regrettera pas les djihadistes »

mardi 26 fév 2019

Commentaires

Gizardin

Oui à l’impôt pour tous
Lire.
https://bvoltaire.us6.list-manage.com/track/click?u=51e3861403b406b07f6c5091a&id=5f109d50d1&e=46b9ebd9a9

Petite réponse
Excellent principe... Mais à quel taux ?

Saint Surge

Dans un pays endetté au delà du raisonnable, comment peut-on envisager de baisser les impôts avant de baisser les dépenses. Comment Macron a t-il pu promettre de supprimer la taxe d'habitation sans indiquer comment cette suppression serait financée ?
Lorsqu'il demande "quels impôts faudrait-il baisser en priorité", compte t-il le financer par la dette ?
Quelle légèreté ! On nous prend vraiment pour des imbéciles.

Petite réponse

Si: c'est possible en fixant pour principe, par exemple, qu'on diminue les dépenses deux fois plus vite que les impôts. Tout dépend de la volonté, et du courage, de restreindre le périmètre de l'État. Je chercherai à donner des exemples dans d'autres chroniques. C'est la logique que je préconise dans mon livre "Pour une libération fiscale".

Dominique

En réduisant la voilure des actions politiques de l'État qui ne sont pas régaliennes - et en en supprimant - on abaisserait vite budget des dépenses au niveau de celui des recettes.

Lire le Budget pour réaliser que les dépenses regaliennes sont portions congrues par rapport aux ministères de " l'égalité des chances, de l'égalité homme femme, de la cohésion des territoires ( immigrants en fait ), de la ville ( idem ), de l'éducation etc. " ; et ajouter les déficits abyssaux permanents de la Sncf, etc.

Au final : 350 Milliards de dépenses pour 250 de recettes soit un déficit de 100 MDS d'euros ( 700 MDS de FFR ) !

Ce qui donne un déficit de 100/250 = 40 POUR 100 des recettes. Hors déficit du " social " dont le budget des dépenses est de 700 MDS soit le budget militaire ... des USA !

40 / 100 des recettes manquent et non 3 / 100 du PIB, cette mesure constituant une escroquerie intellectuelle.

Les gauchistes et énarques qui nous imposent leurs politiques mondialistes ne parlent jamais des coûts ... Nous devons chercher ces chiffres dans le portail internet de Bercy.

Robert Marchenoir

C'est là qu'on voit que le mouvement des Gilets jaunes est profondément pro-gouvernemental. Tout en étant persuadé d'être radicalement à l'opposé. En conséquence de quoi, cela crée une collision cognitive insupportable qui se résout en violence à l'égard des tiers.

Le cadre de pensée de tout le monde exclut dès le départ la baisse massive de la dépense publique : "élites", "sans-dents" qui se vantent de sentir mauvais, tout le monde.

En revanche, tout le monde parle de justice sociale, fiscale et je ne sais quoi encore, mais de telles expressions devraient être exclues, car totalement subjectives. Chacun y met ce qu'il veut, et en général : plus d'argent pour moi, et moins pour les autres.

J'ignore totalement si la force de l'Etat profond permet de baisser la dépense publique de façon significative. Il est possible que seule la menace du défaut, l'intervention du FMI, le non-paiement du traitement des fonctionnaires, les coupures d'électricité plusieurs heures par jour, la fermeture des écoles trois jours sur sept, entraînent enfin l'acceptation de cette mesure.

RR

La TVA me semble une solution possible.

En revanche la CSG création socialiste est un impôt (calculé sur l'imposable !) qui entretient les parasites.

Il faut une baisse drastique des dépenses de l'Etat qui est omniprésent dans tous les secteurs et lui-même de fait parasitaire.

Il faut réduire fortement le nombre de fonctionnaires y compris dans les forces de sécurité (une répression impitoyable de toute délinquance par une justice digne de ce nom le permettrait).

Robert Marchenoir

@ Gizardin | mardi 26 fév 2019 à 10:12

Tiens donc... Vous réclamez l'impôt sur le revenu pour tous, ce qui se défend en soi. Je m'élève depuis longtemps contre le fait que la moitié des Français ne le paient pas, pourcentage qui s'est encore aggravé dernièrement.

Il n'y a pas mieux pour diviser un pays : dressez donc la moitié des Français qui ne payent pas l'impôt le plus symbolique contre la moitié de ceux qui le payent, et attendez que les uns comme les autres se tournent vers l'Etat tout-puissant pour qu'il arbitre en leur faveur. Ce qui augmentera encore la puissance de l'Etat.

Sauf que... ce n'est vraiment pas le moment. C'est il y a longtemps qu'il fallait le faire. Outre que c'est impossible politiquement à l'heure actuelle (nous aurions les Gilets jaunes puissance 10), maintenant il faut baisser tous les impôts. Systématiquement. Ainsi que la dépense publique, bien sûr. L'heure du jeu de bonneteau fiscal est largement passée.

Maintenant, je remarque aussi que vous réclamez, à l'instar de nombreux gauchistes et gilétistes, l'importation d'une des rares mesures fiscales scélérates, communistes, existant aux Etats-Unis : l'imposition des nationaux résidents fiscaux à l'étranger (qui n'existe pas exactement sous cette forme, d'ailleurs, mais ne rentrons pas dans les détails).

Sans l'accompagner (bien sûr) de la réduction drastique de tous les impôts qui s'ensuivrait, si vous revendiquiez aussi l'importation du reste de la fiscalité américaine.

Et vous allez même jusqu'à préciser, dans votre article de Boulevard Voltaire, qu'il s'agirait de punir les retraités français qui s'exilent au Portugal ou ailleurs pour bénéficier d'une (brève) exemption fiscale accordée par le pays.

Vous présentez à cet effet cet argument fallacieux et scélérat : "Ainsi, parmi d’autres encore plus fortunés, les retraités qui coulent des jours heureux dans des paradis proches comme le Portugal, après avoir bénéficié durant leur vie active des moyens et services publics hexagonaux, participeraient à la solidarité nationale autant qu’à la santé économique ibère…"

Il semble vous échapper que les retraités en question ont surabondamment financé, par leurs impôts, taxes et cotisations en tout genre, ces fameux "moyens et services publics hexagonaux" lorsqu'ils résidaient en France. Maintenant, ils utilisent les services publics portugais (ou patagons). A l'aimable invitation de l'Etat portugais, qui y voit son avantage et qui semble nettement plus frugal que l'Etat français.

Mais ça ne vous suffit pas, à vous et aux tenants de cette mesure proprement soviétique : vous voudriez qu'ils continuent à payer pour des "services" (il faut le dire vite...) qu'ils n'utilisent plus.

En pratique, cette mesure consisterait à emprisonner les Français en France, et à leur interdire d'émigrer. Merci de nous expliquer en quoi ce serait différent de l'URSS de la grande époque.

Mais surtout, je remarque que vous êtes "pilote de chasse retraité". Autrement dit, vous avez été fonctionnaire toute votre vie, vous avez bénéficié d'une retraite scandaleusement précoce et avantageuse même pour un fonctionnaire, et maintenant, vous jouissez d'une oisiveté largement financée par... le contribuable français.

Puisque les retraites des fonctionnaires, en plus d'être beaucoup plus avantageuses que celles du privé (âge, montant...) présentent cette particularité de n'être que partiellement assurées par les cotisations des fonctionnaires en activité.

Vos revendications nous fournissent là un magnifique exemple de la "justice sociale et fiscale" à la française, qui n'est autre que le socialisme, et qui est en réalité la lutte de tous contre tous par l'intermédiaire de l'Etat, auquel chacun réclame de voler à son voisin pour lui donner à lui. Sous des prétextes plus vertueux et plus altruistes les uns que les autres.

Dominique

https://www.economie.gouv.fr/igpde-seminaires-conferences/quelle-strategie-pour-depenses-publiques-4-decembre-2018

Le total des dépenses dites publiques selon l'énarchie est de 1.250 milliards : dépenses de l'État, des collectivités locales, et sociales depuis le coup d'état sur le système social. On voit bien qu'on se trouve dans un système post communiste.

Dans ce total gigantesque puisqu'il capte 55 / 100 de la richesse produite (PIB) il y a de l'ordre de 350 MDS pour l'État, une moitié en plus pour les communes, départements et régions, et le reste pour le système social.

Il faut chercher longtemps pour trouver des chiffres détaillés, on comprend néanmoins vite en regardant ll'ensemble- et les questions innombrables que se posent ces defenseurs du système, qu'une réduction de dépenses ne se fera sans retirer aux polticiens, énarques, et fonctionnaires leurs fromages :

En clair tout ou presque et sauf bien sûr les fonctions régalienne, devra être privatisé.

D'ailleurs la part de ces fonctions régaliennes est infime dans les 1.250 MDS est congrue et sert de plus de variable d'ajustement ( inutile financièrement ).

Le contribuable y trouvera son compte puisqu'il n'aura plus à payer près de 100 MDS pour l'enseignement et la recherche. Et le citoyen aussi puisqu'il payera pour ses enseignements (celui qui utilise les écoles, lycees et universités) et il verra le prix de ses achats baisser : la TVA représentant 200 MDS soit la presque totalité de la fiscalité des recettes de l'État !

Il en sera de même pour les dépenses dites territoriales et les taxes foncières : taxes d'habitations, et les innombrables taxes sur l'eau et l'energie s'écrouleront.

Quant au social nous savons que seul un système privatisé rend satisfaction tant pour la qualité des soins que pour leurs prix. Actuellement le salarié et l'entrepreneur paient aux "caisses" presque l'équivalent du salaire versé ! Sans compter les "mutuelles complémentaires" devenues indispensables au fur et à mesure des déremboursements. (Il en est à peu près de même pour les indépendants lorsqu'ils ont les moyens de cotiser à des complémentaires pour avoir une retraite décente. )

La solution est donc politique : passer d'une société post communiste à une société de liberté. Cela ne fera pas d'un coup de baguette ...

Mais d'ores et déjà des économies énormes peuvent être réalisées en faisant des "coups" de privatisation sur les entreprises en faillite permanente comme la SNCF et autres puits sans fonds.

En supprimant les plus de 30 MDS de subventions aux associations. Enfin par choix politique en supprimant l'aide à l'immigration : au moins de 30 MDS en additionnant les différents budgets, rien que ceux de l'État.

Notons que la privatisation de l'enseignement, du logement, et de la santé supprimeront les pompes à immigration.

Cela nécessitera un gouvernement et des assemblées qui soient compétentes, et ne légifèrent plus à propos de la fessée aux enfant ; là aussi il faudra redonner de la liberté.
Ainsi que de vrais experts dans tous les domaines économiques.

J'ai écrit au futur pour être optimiste. Futur rapproché ou lointain ? Révolution ou évolution ?

L'autre alternative est de garder ce système post communiste, avec le risque de devenir rapidement une population multinationale et multicultuelle et un parc international de musées, de vignobles et de loisirs, ... vendus à des investisseurs étrangers comme cela se pratique déjà.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)