Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Catalogue des Editions du Trident

Contact

« Deux idées grotesques et malfaisantes | Accueil | Le plus mauvais d'entre eux tous »

lundi 04 fév 2019

Commentaires

RR

Je dois dire qu’il y a quelques décennies, j’étais moi aussi « fasciné » par l’Amérique latine. J’étais très favorable à une alliance entre l’Europe et les pays tiers – pour reprendre le terme d’Alain de Benoist (Orientations pour des années décisives) – pour faire face au double impérialisme américano-soviétique ; c’était ce que préconisait le Mouvement Nationaliste Révolutionnaire puis Troisième Voie tandis que le PFN et le Front National atlantistes nous taxaient bien souvent de prosoviétiques voire carrément d’agents soviétiques oubliant au passage notre anticommunisme aussi sincère que le leur !
L’Amérique latine dans cette alliance avait pour moi une place de choix notamment avec le modèle péroniste considéré comme une troisième voie réussie rejetant à la fois le capitalisme et le marxisme. Visiblement, et là je l’apprends (même si vous l’avez déjà mentionné dans Pour une libération fiscale), la réalité visiblement n’était pas à la hauteur de nos espérances. De ce point de vue pourriez-vous en quelques lignes à la lumière de tout ce que vous avez appris et analysé à ce propos faire un petit bilan en quelques phrases de ce régime même si ça doit me faire perdre mes dernières illusions.
Notons qu’à Nouvelle Résistance, en plein romantisme, Fidel Castro lui-même était devenu une référence et notre dernière commémoration de la Commune de Paris au Mur des Fédérés s’était faite sous un étendard du Che !
On le voit, tout ça n’a pas grand-chose à voir avec l’image véhiculée par les autoproclamés spécialistes de ce qu’ils appellent l’extrême-droite.

Robert Marchenoir

D'après mes pointages, c'est la grande majorité des pays d'Amérique centrale et du Sud qui ont reconnu Guaido comme le nouveau président du Venezuela (et ce, avant les pays européens qui en ont fait autant, au passage).

Ceux qui prétendent qu'il s'agit, une fois de plus, d'un coup de force américain, devront réviser leurs préjugés. A moins d'estimer que les Etats-Unis sont si puissants qu'ils sont capables de dicter leurs orientations à la plupart des pays d'Amérique latine...

Quant à ceux qui continuent à soutenir Maduro, la liste est éloquente : la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie, la Corée du Nord, Jean-Luc Mélenchon, et, en Grande-Bretagne, le marxiste enragé Jeremy Corbyn, chef, hélas ! de l'opposition.

En d'autres termes : choisis ton camp, camarade. Le camp de la liberté, qui comprend les Etats-Unis et les pays européens, ou... les autres.

Au passage, Guaido ne s'est pas auto-proclamé président par intérim. C'est l'assemblée législative de son pays qui l'a investi de cette responsabilité. Au motif que la dernière élection de Maduro est illégale.

C'est donc, sur le plan juridique, un conflit d'interprétation constitutionnelle entre deux branches du gouvernement.

Sur le plan politique, c'est évidemment une chance inespérée, pour le peuple du Venezuela, de mettre fin à ses souffrances abominables, et ce, dans des conditions relativement pacifiques. Si tout se passe bien.

Robert Marchenoir

D'après mes pointages, c'est l'écrasante majorité des pays d'Amérique centrale et du Sud qui ont reconnu Guaido comme le nouveau président du Venezuela (et ce, avant les pays européens qui en ont fait autant, au passage).

Ceux qui prétendent qu'il s'agit, une fois de plus, d'un coup de force américain, devront réviser leurs préjugés. A moins d'estimer que les Etats-Unis sont si puissants qu'ils sont capables de dicter leurs orientations à la plupart des pays d'Amérique latine...

Quant à ceux qui continuent à soutenir Maduro, la liste est éloquente : la Russie, la Chine, l'Iran, la Turquie, la Corée du Nord, Jean-Luc Mélenchon, l'agent de Moscou et "député de la Nation" Nicolas Dhuicq (Les Républicains), et, en Grande-Bretagne, le marxiste enragé Jeremy Corbyn, chef, hélas ! de l'opposition.

En d'autres termes : choisis ton camp, camarade. Le camp de la liberté, qui comprend les Etats-Unis et les pays européens, ou... les autres.

Au passage, Guaido ne s'est pas auto-proclamé président par intérim. C'est l'assemblée législative de son pays qui l'a investi de cette responsabilité. Au motif que la dernière élection de Maduro est illégale.

C'est donc, sur le plan juridique, un conflit d'interprétation constitutionnelle entre deux branches du gouvernement.

Sur le plan politique, c'est évidemment une chance inespérée, pour le peuple du Venezuela, de mettre fin à ses souffrances abominables, et ce, dans des conditions relativement pacifiques. Si tout se passe bien.

Dominique

Puisque vous évoquez la durée,, ce qui m'apparaît egalement désolant est que les gouvernements américains ne soutiennent pas mieux, dans la durée, les forces anti communistes d'Amérique latine. On sait que la préparation du débarquement à la Baie des Cochons ne pouvait être pire ; on a même évoque un sabotage au plus haut niveau ( CIA ).

Alors que tous les Globalistes, ONU en tête, et surtout le Council of Foreign Relations soutiennent avec vigueur les politiciens qui adhèrent au socialisme.

C'est le cas actuellement avec Guaido qui est membre de l'Internationale Socialiste ( ! ) donc favorable au projet de gouvernement mondial.

D'où le soutien immédiat ( sans débat européen ) des pays européens pro-mondialistes qui espèrent remplacer la dictature communiste de Maduro par du socialisme, une façon d'empêcher l'accès au pouvoir d'un régime anti - communiste et anti - castriste.

Remarquons que l'Italie ne participe pas à ce soutien : les Italiens seraient seuls en Europe à exprimer que remplacer le communisme par du socialisme n'est pas la solution ?

RR

@ Dominique

Ne pas trop compter sur les Etats-Unis pour échapper au communisme. Voir Yalta, le CFR création américaine (contre les intérêts même de ceux des Américains qui sont de braves gens),...
Les dirigeants et les officines US sont les premiers vecteurs du mondialisme.

RR

Les interventions militaires américaines se sont révélées ces dernières décennies de véritables désastres pour les populations qui en ont été les victimes notamment en Serbie, en Irak, etc., etc. (aucun danger d’expansion communiste dans tous ces pays) sans compter le sacrifice de milliers de soldats tombés pour rien ou plutôt sans en être réellement conscients pour les intérêts des mondialistes et financiers des CFR, Bilderberg et autres Trilatérale. Un certain biblisme délirant a également joué son rôle néfaste. Le drame est que la France via ses dirigeants a emboité le pas là encore depuis plusieurs décennies à cette politique criminelle. Ce n’est guère étonnant lorsque l’on sait que la plupart de « nos » dirigeants politiques ainsi qu’une bonne partie du grand patronat sont liés à ces mêmes officines destructrices de nos nations dont ils partagent ouvertement les objectifs.
Tout ça, certains d'entre nous l'ont dénoncé à notre échelle et contrairement à un soi-disant "visionnaire" (tu parles d'un visionnaire !) de la politique française dont je ne donnerai pas le nom mais dont tout le monde devine à qui je fais allusion, bien avant la Première guerre du Golfe.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)