Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Catalogue des Editions du Trident

Contact

« A-t-on le droit de critiquer l'Insee ? | Accueil | Une courbe n'explique pas tout »

vendredi 25 jan 2019

Commentaires

goufio

ATTENTION aux fautes d'orthographe qui ne sont que d’inattention ou de non relecture
En toute sympathie.

Petite réponse
Merci de me les avoir signalées. J'ai apporté quelques corrections. Le Canard enchaîné écrirait "pan sur le bec".

RR

Actualité des Gilets jaunes par Michel Drac:

https://www.youtube.com/watch?v=HAJ6vptDD44

minvielle

Raiponse a goufio : c pa d fote dortograf, mé d fote 2 frap. voyez le fond (nourri et instruit) plutôt que la forme. Mersi goufi. ban sur le pec!

Petite réponse
Je suis, quant à moi, toujours reconnaissant à mes lecteurs vigilants qui me signalent fautes de frappes et erreurs.
Cordialement à vous, cher Ami, qui réagissez si souvent avec humour.

RR

Je préférais la Chantal Jouanno qui excellait sur les tatamis.
Comme pour Guy Drut, on peut dire que la politique l’a rendue infréquentable.

La politique professionnelle est une activité qui contrairement aux autres permet souvent à des personnes qui ne sont dotées d’aucune compétence dans aucun domaine de faire carrière et de bénéficier de salaires considérables, et ce sans trop se fatiguer. Il ne faut pas s’étonner alors si elle est très prisée par les bons à rien. Se forment même parfois de véritables dynasties dont la médiocrité et le parasitisme sont les principales caractéristiques.

Dominique

"Dans pays qui crève d'égalitarisme". Votre petite phrase hélas bien vraie m'a amené à la conclusion que la situation d'abandon dans laquelle se trouve nos concitoyens des Gilets Jaunes est due à l'inégalitarisme. Ou, autrement dit, tout l'égalitarisme pour certains et rien pour eux. Je m'explique :

Certains s'étonnent que ce qu'on appelle "les banlieues" ne bougent pas. Je propose une explication. Les banlieues ne bougent pas parce que l'égalitarisme républicain n'a pas cessé de leur apporter les investissements, les subventions, les aides et mesures de toutes sortes, qu'il n'a précisément pas apportés - depuis des décades - aux autres citoyens vivant dans les "campagnes", le terme de région serait peut être plus approprié. On se souvient par exemple du plan Borloo et de sa politique dite de la ville qui irriga lesdites banlieues de 10zaines de millards d'euros. Rien n'était trop bien pour chacun des Hlm.. On connaît aussi les efforts déployés par l'Éducation nationale dans les banlieues dites défavorisées ; aujourd'hui les classes sont d'ailleurs dédoublées. Et les instituts de Sciences Po ne manquent pas de ces jeunes des banlieues qui entrent par mesures de faveur républicaine. Ces banlieues ne manquent pas non plus d'hôpitaux modernes, d'équipements de loisirs et sportifs, de bus et de tramways. Etc.
Bref les dénommées banlieues ont tout ce que les grandes villes ont, et même plus.
Elles ont reçues précisément ce dont les campagnes ont été privées. Aux banlieues les équipements modernes et les subventions, les zônes franches et les ateliers d'audiovisuels, comme de textiles, les incubateurs de start up, les clubs sportifs pour la jeunesse avec les formateurs sportifs qui conviennent (d'où les succès sportifs mondiaux des BBB, et la désindustrialisation, avec l'arrêt de la politique d'aménagement du territoire de feu la DATAR, la fermeture des équipements publics (gares, postes). Même le Tgv ne s'y arrête pas.
Vous avez compris que j'en conclu que c'est ce qui a mis une partie de nos compatriotes dans une reelle situation d'abandon républicain - qui les a amené à manifester avec l'énergie du désespoir - C'est l'excès de soins apportés aux banlieues qui ont récolté tous les efforts de l'égalitarisme républicain, ... devenu un inégalitarisme notoire resté inaperçu jusqu'à cette révolution, que le gouvernement républicain veut maintenant écraser par la force. Là est la honte.
C'est ainsi que la République a abandonné ce qui faisait une de ses qualités il faut le rreconnaître : équiper des régions encore mal desservies par la route (Bretagne), créer des industries dans des régions non industrialisées ou en voie de désindustrialisation avec des succès parfois certains (Airbus, Ariane, Fos sur mer et Dunkerque etc.), et permis aussi à des fils de paysans n'ayant pas la culture des bourgeois des villes, d'accéder à Polytechnique.

Encore une fois l'État a créé le mal en pensant faire le bien. Et je ne parle pas ici de l'idéologie dominante de gouvernements qui veut qu'on donne plus aux étrangers qu'aux nationaux. Je constate seulement les faits.

La révolution des Gilets Jaunes trouve donc ses racines plus loin que le seul fiscalisme écologique qui a été un détonateur, elle vient d'une grave fracture créée par l'État qui a abandonné les Français des campagnes.

Une fracture qui n'est pas sociale mais territoriale et dans une certaine mesure ethnique, de facto. Mais les Gilets Jaunes n'en veulent pas aux gens de ces banlieues et c'est tant mieux. Que ce gouvernement et ses médias les accusent ci et là de populisme blanc avec des "on ne voit pas beaucoup de populations issues des banlieues dans vos manifestations ?" ajoute de la honte au désastre. Honte à ce pouvoir tyrannique qui montre qu'il n'a rien compris - ou fait comme - et qui utilise la police comme une armée contre des Français qui appellent pacifiquement au secours. Or ce qui ferait du bien au pays c'est que ces énarques qui monopolisent tous les pouvoirs - que leur prêtent les oligarques mondialistes - comprennent enfin les fondements de cette révolution. Je comprends avec vous pourquoi ils ont évincé Chantal Joanno, ... des fois qu'elle fasse émerger cette réalité d'un abandon républicain, profondément inégalitaire.

Dominique

https://www.ecfr.eu/article/commentary_can_emmanuel_macrons_great_national_debate_save_his_presidency

Comment manipuler les "populistes français qui s'expriment par les gilets jaunes ", selon une start up parisienne d'opinions travaillant pour le CFR européen basé à Londres. Ou, si on lit entre les lignes, comment le CFR européen est à l'origine de l'idée du "grand débat " exécuté par Macron.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)