Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Catalogue des Editions du Trident

Contact

« Quand agitation et discours officiels se rejoignent | Accueil | Vandalisme, violences, voyoucratie »

mardi 08 jan 2019

Commentaires

Robert Marchenoir

INSEE : quand je cherche quelque chose sur son site, je ne le trouve jamais. Quand je cherche quelque chose sur le site d'un des grands organismes internationaux producteurs de statistiques, je le trouve presque toujours.

Baguette de pain : tout le monde se focalise sur "le prix de la baguette", alors que les gens mangent de moins en moins de pain.

Autre facteur à prendre en compte : il n'y a pas si longtemps, le prix de la baguette était fixé par le gouvernement. Et puis, horrible révolution ultra-libérale, on a mis fin à ce régime stupide qui devait bien dater de la Révolution. Du coup, les boulangeries sont redevenues rentables, et l'on a recommencé à trouver du bon pain. Immense surprise, effet complètement inattendu...

En même temps, comme disait l'autre, ceux qui veulent acheter du pain bon marché (et forcément moins bon) peuvent s'en procurer en supermarché. La liberté, une notion neuve en France...

Peut-être devrait-on essayer la même chose pour l'éducation, la Sécurité sociale, la médecine, le train, les autocars, la culture, et toute une série d'autres choses ?

Yves Montenay

Ma casquette d'économiste est tout à fait d'accord. On pourrait ajouter qu'à l'évolution des revenus des fonctionnaires il faut ajouter le fameux GVT, pas négligeable du tout, et que le litre d'essence lors de son sommet de l'automne valait moins de SMIC que lors de son précédent sommet

Dominique

Oui il y a eu un écrasement progressif du pouvoir d'achat.

- D'abord et principalement par le système SOCIAL français qui depuis les années 70 a constamment augmenté ses charges : les institutions tripartites syndicats-patronats-gouvernants les ont haussé d'année en année, à chaque crise ou pour un progrès social nouveau. Les fameux "acquis".

Système quasi criminel - c'est le mot juste à mon avis - puisqu'il a directement tué des millions d'emplois productifs du secteur privé :

- Aujourd'hui pour un salaire de 2.500 euros net d'un ouvrier professionnel - donc qualifié - les charges sociales sont de 100 pour 100 du net versé, soit un coût pharamineux pour l'employeur de 5.000 euros, et pour le salarié 2.500 seulement. Alors que l'allemand et l'américain gagnent le double.

En effet, plus les charges augmentent - pour financer les hôpitaux, les allocations familiales, l'aide au logement même des étudiants étrangers, l'AME des sans papiers etc, et pas que les charges maladies et retraites des "cotisants" - plus les salaires nets diminuent. Malgré la calamiteuse Csg Rds de Rocard puis Juppé et suivants

Comme la grenouille dont l''eau de sa bassine monte en température : trop tard lorsqu'elle réalise qu'elle est cuite, on se réveille 50 ans après avec un système social qui a mis l'économie en déconfiture : industries, services, artisanats, commerces, agricultures. Tout y est passé. Hormis les erreurs de statégies ( nationalisations / dénationalisations) quasiment toutes les entreprises disparues ont été mises en faillitte par les URSSAF et les ASSEDIC. Mais les médias-menteurs le taisent toujours ... et les politiciens aussi.

Ajoutons que les exonérations de charges sociales pour les bas salaires poussent des entrepreneurs à bloquer les salaires des apprentis et premiers emplois smicards :
effet pervers habituel des mesures technocratiques.
Donc blocage supplémentaire du pouvoir d''achat de ces salariés qui démarrent au bas de l'échelle des salaires, et peinent à la grimper. Tragique pour cette jeunesse.

Au final - avec en plus une formation à la ramasse, fromage énorme pour les syndicats historiques - les jeunes apprentis français démarrent au SMIC et y resteront jusqu'à démissionner. Alors qu'un apprenti formé en Allemagne.par.un organisme professionnel non étatique, démarre à 2.000 euros et plus, et peut progresser rapidement.
Nouvel écrasement du pouvoir d'achat des "petits" par ce retard au démarrage.

Avec un tel Tueur en Série des emplois du secteur privé, ceux ci ne s"en remettront pas puisque les technocrates dépensent tout azimut et sans compter : actuellement 650 MDS par an, soit près de 3 fois les recettes de l'État 240 MDS et l'équivalent 10 fois le budget militaire russe !
Autant pour appauvrir encore plus le pouvoir d'achat des Français.

Et, de 50 mille chômeurs conjoncturels en 1970, voilà 7 millions de chômeurs structurels, plus les exclus. Autant pour appauvrir ces Français privés de travail.

- Comme vous l'écrivez : ne chargeons pas la CEE : en 1992 la Commission Européenne a rédigé une bonne Directive : Les états étaient appelés à mettre en CONCURRENCE les caisses maladie et retraite. La France s'est assise sur cette Directive pourtant forte pour conserver et accroitre un monopole des URSSAF ! Catastrophique déni des réalités :-( Pas de convergence donc vers les systèmes sociaux vertueux de pays membres.

N'accusons donc pas les Institutions européennes. Sinon la Commission et l'Assemblée qui se sont couchées devant la France, membre du Conseil. Un quart de siècle de perdu sans compter la période de 1945 à 1992. Bravo les gouvernants sous de Gaule, Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et maintenant Macron pour ce désastre. A croire qu'ils ne lisent jamais aucun chiffre ni ne cherchent les causes des catastrophes (le chômage massif et la disparition de notre industrie).
Est ce un bon régime politique ?

Aujourd'hui le système social français est moribond. Il survit financièrement par toujours plus de charges sur les entreprises et ... le recours aux prêts étrangers.

Que faire ?

- Il faudra nécessairement un gouvernement fort et intelligent pour remplacer les politiciens et les syndicats par le (vrais) experts. Décréter un état d'urgence des systèmes sociaux : maladie, retraites, sera indispensable pour annuler et remplacer, sur des années longues.

C'est possible : ils n'en manquent pas dans le monde et en Europe de réformes sociales réussies. Je renvois aussi à l'ouvrage de l'économiste Georges LANE : La Sécu et comment s'en sortir ( Éditions du Trident).

Au final notre système social est maintenant complètement nationalisé, son budget de 650 MDS équivaut au budget militaire américain : on peine à y croire. Il est devenu un monstre qui mange ses enfants principale cause d''appauvrissement des Français, année après année. Ils ne l'ont pas encore identifiée par défaut d'information.
Comme la grenouille. Sauf qu'ils se réveillent : trouveront ils la cause, cachée comme un secret d'état ?

* * *

- Deuxième point - je pardonne moins à l'Euro : en France il a, par le différentiel monétaire réel, sur-handicapé nos exportateurs, et surenchéri des prix de détails ( par exemple les prix des fruits et légumes importés sont alignés par les producteurs sur les prix en Allemagne et dans les autres pays riches européens ). J'ai placé un commentaire sur ce point dans un précédent Bulletin de L'Insolent : étude de NATIXIS sur l'échec de l'Euro.
Ce qui a conduit à un écrasement progressif
supplémentaire du pouvoir d'achat du.panier de la ménagère.

Pourra t on se sortir de tout ça en restant dans la monnaie unique ?

Dominique

PS : la calamiteuse Csg Rds dont l'application a ensuite débordé les revenus du travail pour être étendue à d'autres revenus : les produits financiers, les bénéfices industriels et commerciaux, etc. Une taxe sans fin pour le trou sans fin de la Sécu.

Dominique

www.securite-sociale.fr/Les-chiffres-cles-2017-de-la-securite-sociale-edition-2018?id_mot=&type=pro

www.economie.gouv.fr/cedef/chiffres-cles-budget-etat

Avertissement : risque de fous rires et de méningite. Par précaution avaler un tube d'aspirine avant de pénétrer chez ces 2 Pères UBU et se munir de fil d'Ariane. Bon courage !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)