Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Crise au sommet des institutions | Accueil | La petite frayeur des mal pensants »

jeudi 06 déc 2018

Commentaires

minvielle

L'ISF est un impôt idéologique rapportant environ 10 fois moins que l'évasion fiscale due à cette spoliation.

chriscap

j'ai souvenir,mais est-il fiable,d'une recension sur votre site d'un ouvrage sur le sujet de l'"enfant -roi"d'un auteur portant patronyme à consonance grecque que je serai fort content de relire .Était -ce bien sur votre site ,je ne puis l'affirmer, d'autant qu'une recherche par mot-clés n'est pas proposée , ,mais si c'était le cas ,ou si vous aviez entendu parler de tel ouvrage seriez vous assez aimable de me renseigner car la "crise actuelle " relève, me semble -t-il ,de la problématique envisagée dans votre article (s'il s'agit bien du votre... )

Dominique

Certainement la meilleure synthèse qui puisse être faite de la situation. Merci J-G M.

Petite réponse
Les compliments font toujours plaisir :)

RR

La récupération du mouvement des Gilets jaunes par les habituels réseaux gauchistes et syndicats marxistes est en effet de plus en plus évidente et un fait très inquiétant. Il faut absolument que les représentants des Gilets jaunes réagissent - et vite - par la création d'une structure officielle donc déclarée avec ses statuts et ses objectifs, strictement indépendante des organisations politiques ou syndicales existantes (de fait, il convient évidemment d'écarter les infiltrés). Un mouvement de défense et de propositions comme l'a été en son temps le CIDUNATI de Gérard Nicoud pour les travailleurs indépendants.

Dominique

https://francais.rt.com/france/56360-deploiement-securitaire-8-decembre-desastre-annonce

J'ai beau chercher sur le net il me semble qu'il n'y a rien d'intéressant. Aucune " libre expression " dans les médiat-menteurs qui tiennent l'info. Je livre toutefois un point de vue.

Ce point de vue me ramène à une proposition de L'Insolent, entre autres observateurs intelligents de la vie sociale et politique francaise :

qu'attend on pour mettre à l'ombre préalablement aux manifestations les membres des Black blocs fichés dangereux (et d'arrêter aux frontières les black blocs européens qui viennent régulièrement en France pour y mettre le feu ?

Force est de constater que l'occupant de l'Elysée a voulu diaboliser les Gilets Jaunes, par ses propos et ministres interposés : " la peste brune ... ils viennent pour tuer .... un monstre ... putschistes ..." ; ainsi que par le laisser faire des back blocs et l'intervention de policiers-casseurs. Tout le contraire d'un président dans son rôle de garant du bon fonctionnement des institutions et de l'expression d'opposants dont la sécurité doit être assurée quand ils manifestent.

Ceux qui protestent de cette façon de faire sont même menacés par l'exécutif ( cf. le Gilet Jaune Éric, et Nicolas Du Pont Aignan).

Et où sont les responsables politiques d'hier et d'aujourd'hui : en 1er lieu présidents de la République, 1er ministres, présidents du Sénat, etc. ?

Sans doute le mépris que l'actuel président a des " Manants " exprimé en France et à l'étranger aussi malheureusement, anime son comportement, et de toute la clique technocratique qui lui obéit. Et s'il a choisi la stratégie du silence et de la folle violence -à preuve du contraire ce qu'on doit jusqu'au bout espérer- c'est qu'il priorise l'agenda confié par les Globalistes qui l'ont placé, hors sol, à l'Elysée.

Un cadre de la banque Rotschild a dit (cf. une vidéo sur Youtube) que Emmanuel Macron a appris dans son passage dans la banque ..." L'ART DE LA MANIPULATION " .

Aujourd'hui, les membres des Gilets Jaunes ne sont plus manipulables. Pour être un bon dirigeant il faut des critères autrement plus sérieux et positifs, pour tenir dans la durée.

Avec ou sans violence demain samedi 8, il a déjà perdu par le comportement de son gouvernement et son silence assourdissant, la confiance de la France profonde, et peut être aussi de ses " mandants " globalistes.

Ce sont les taxes et mesures réchauffistes, l'islamisation, et les migrations (visibles partout car réparties dans nos provinces par les préfets que refusent les Manants de la France profonde. On en parle en effet dans les conversations de comptoir comme dans les blogs.
Ni le président ni le 1er ministre de la France, n'auront pu se rendre à Cracovie et à Marrakech : un TRÈS BEAU SUCCÈS des Gilets Jaunes, ces " Manants ".

Robert Marchenoir

Je ne vois vraiment pas ce qui vous conduit à accréditer la fiction de gentils Gilets jaunes libéraux, raisonnables et non violents, dont l'action aurait été détournée par les gauchistes tapis dans l'ombre. D'ailleurs, dans l'essentiel de votre article, vous vous employez à en réfuter le premier paragraphe.

Tout montre, au contraire, que l'étatisme et la rage fiscaliste (pour les autres) étaient à l'origine du mouvement. Ainsi que le nihilisme, le dégagisme, la violence, et une combinaison de bêtise et d'ignorance confinant à la débilité mentale.

Dès le 6 novembre, Jacline Mouraud, qui a déclenché le mouvement avec sa vidéo, disait : "Le rétablissement de l'ISF, je ne vois que ça pour calmer la colère du peuple". De la part d'une dame se plaignant de l'augmentation du prix de l'essence, et de la persécution réglementaire des automobilistes. Quel est le nom de Dieu de rapport avec l'ISF, sinon la séculaire volonté communiste de faire payer les riches (Maurice Thorez, 1936) ?

Notez bien ce qu'elle dit : il faut rétablir l'ISF pour calmer la colère du peuple. Elle ne dit pas : si vous ne savez pas où trouver le pognon pour diminuer le prix de l'essence, prenez-le aux "riches". Elle dit bien : le seul but de l'ISF est de satisfaire la jalousie de ceux qui ne le payent pas. C'est une question de haine. C'est une question de vengeance. Il s'agit de satisfaire les passions les plus basses de la populace, pas de mener une politique rationnelle en faveur de l'intérêt général. Ni même en faveur de l'intérêt des "pauvres". Ou de la fameuse classe moyenne.

Dès le 16 novembre, le sociologue Alexis Spire disait, dans Le Monde : "Il ne faut pas se méprendre sur le sens de cette contestation du système fiscal : il ne s’agit pas de revendiquer moins d’Etat. Les Français sont encore très attachés aux services publics et au modèle de protection sociale."

Bien avant les violences parisiennes et les listes de revendications formalisées, Le Monde rapportait ceci sur les Gilets jaunes lillois : "Alison Hubert a l'intention d'aller jusqu'au bout. Avec d'autres gilets jaunes, elle diffuse les 19 revendications retenues par le comité des gilets jaunes de la métropole lilloise. Première revendication : 'stop aux privilèges indécents des castes dirigeantes'. Puis, 'stop aux niches et combines fiscales qui favorisent les riches', 'accès à la culture pour tous', 'augmentation du SMIC' ou encore 'inclusion des personnes handicapées dans tous les domaines de la société'."

Soit le programme socialiste-étatiste de tous les gouvernements de "droite" et de gauche depuis lanlure. La violence des Gilets jaunes, c'est simplement l'extériorisation d'une violence suicidaire, celle qui habite ceux qui ne comprennent pas que ce qu'ils demandent, et obtiennent, provoque les effets contraires de ceux qu'ils réclament.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)