Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Mauvais anniversaire Monsieur le président | Accueil | La belle victoire de David Cameron »

jeudi 07 mai 2015

Commentaires

Robert Marchenoir

Le fascisme, le communisme et le nazisme donnnent souvent d'excellents résultats en matière d'architecture et de graphisme.

En la matière, il faut se garder de la pensée-réflexe.

Un architecte est instrinsèquement un fasciste, un communiste, un nazi. Pourquoi ? Eh bien parce qu'il prétend savoir à la place des gens ce qui est bon pour eux, parce qu'il organise l'espace et la vie des gens de façon totalitaire, parce que son travail est précisément de penser à tout.

Contrairement au lassant cliché qui circule depuis plus d'un demi-siècle, le Corbusier est un architecte génial. On lui attribue tout ce qui est détesté dans les barres et les tours HLM. Manque de bol, il n'en a construit aucune. Dans son seul immeuble approchant, la Cité radieuse, les appartements s'arrachent.

Le Corbusier a beaucoup construit des petites villas de luxe, discrètes, dessinées sur commande pour de riches clients (qui sont souvent des merveilles). Par définition, ces derniers étaient demandeurs pour y habiter.

Bien entendu, le Corbusier était d'une arrogance insupportable.

Même quelqu'un d'aussi proche de "la terre qui ne ment pas", comme Frank Lloyd Wright, je veux dire quelqu'un qui avait une approche artisanale, humble de son travail, basée sur les matériaux, sur l'environnement, était connu pour être un "fasciste" lorsqu'il s'agissait de piquer des colères parce que ses clients osaient gâcher ses oeuvres en y mettant leurs meubles de merde.

Raison pour laquelle il dessina ses propres meubles, afin de livrer ses sublimes villas clés en mains, de sorte que ces connards de clients ne puissent pas les saloper.

Les architectes hippies sont très rares. On peut citer Hundertwasser, qui faisait ses conférences de presse à poil et a d'ailleurs construit de fort jolies choses -- en dehors d'être un allumé complet.

La seule façon de contrôler le facho qui sommeille en tout architecte (façon de parler : en général, il hurle à pleins poumons), c'est de lui coller un autre facho en face : le gouvernement commanditaire, le gros client...

Ou alors, de s'agenouiller devant lui en le priant bien humblement qu'il daigne accepter votre commande -- puis de croiser les doigts.

Sur un malentendu, ça peut marcher. Par exemple, l'église de Ronchamp a été construite comme ça.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)