Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« La fête de L'Huma rendez-vous du pseudo-modèle social | Accueil | Crise de pouvoir en vue »

mardi 16 sep 2014

Commentaires

Dubitatif

La question de l'islamisme ne semblait même plus se poser depuis la fin de la guerre d'Algérie ?

Si, elle se transférait en Métropole par 'immigration et se développait avec la guerre d'Afghanistan et lorsque l'option communiste ne fut plus
crédible.

Petite réponse
J'évoque l'année 1964… et je dis "ne semblait même plus"… et je parle de ce que disait Tixier-Vignancour… et je souligne que "les choses ont bien changé"…

Dubitatif

Peyrefitte rapporte, qu'au vu des statistiques de l'automne 1962,de la SNCM, de Gaulle veut réagir, sans suite...
L'immigration transportait, transporte l'islamisme.

Petite réponse
Magnifique! La SNCM à l'époque n'existe pas. En 1962 les gens qui arrivent d'Algérie sont les rapatriés, pas vraiment islamistes, et les harkis. Le témoignage tardif de Peyrefitte sur "son" De Gaulle est toujours sujet à caution. Je l'ai assez interviewé pour le savoir: il en fait un ami de JM Le Pen. Je note aussi le "sans suite". Moralité: assez avec cette question autour de cet article, qui n'a aucune rapport. Démontrer que l'islamisme recrute par priorité chez les musulmans me semble inutile. Constater que les Maghrébins sont "souvent" mahométans, Peyrefitte et tous ceux qui ont siégé dans les gouvernements de la Ve république auraient pu y penser un peu plus tôt.

Dubitatif

La SNCM Société Nationale maritime Corse Méditerranée fut fondée en 1850.
Dès l'automne 1962 des Algériens indépendants ont pris le relais des Pieds Noirs et des Harkis sur les lignes de la SNCM.
Certains pensaient que l'islamisme resterait en Algérie.

Didier Viard

Quand j'étais étudiant, dans les années 1970, j'en ai eu, des discussions avec des partisans du "socialisme", sur des sujets comme le rôle de la classe ouvrière, l'impérialisme, les services publics, la richesse privée, les théories "bourgeoises" de l'économie, etc.! Certains de mes interlocuteurs d'alors ont tout bonnement consacré une partie de leur vie à de tels thèmes. Aujourd'hui, c'est presque avec stupéfaction que j'observe l'abandon progressif de ces thèmes par les chefs socialistes et par les groupes qui font bloc autour d'eux. Si j'étais nostalgique, je me dirais: "Encore ça qui fout le camp! Comme on voit passer l'histoire!" Je me souviens aussi avoir entendu, il y a longtemps, une interview de Krivine: Au journaliste qui lui demandait ce qui pouvait rester d'un projet de révolution prolétarienne dans des sociétés où le nombre d'ouvriers se réduisait à une minorité décroissante, il avait répondu que ce n'était pas les "luttes" qui manquaient; et de citer celles en faveur des "sans-papiers", des femmes, des minorités, etc. Au cours des dernières années 1970, sur décision stratégique, des membres d'organisation trotskistes sont entrés en nombre au PS. Il y ont fait carrière et y ont fait infuser leurs idées. La récente analyse de Terra Nova a été assez commentée, qui avalise spectaculairement la réorientation idéologique et sociologique du PS. C'est une réorientation conforme à une nouvelle marche du Monde dont ni les intentions profondes, ni les concrétisations essentielles ne doivent rien à nos socialistes. Revenons à la réponse de Krivine: Quelle est donc la cible de cette "lutte" perpétuellement à reprendre? En toute logique, considérant l'erreur de la prédiction marxiste, tout un gauchisme aurait dû dissoudre ses propres organisations ou quitter le militantisme; mais non. Qu'est-ce alors qui subsiste autour de lui et a le don d'entretenir sa détestation intacte, de lui trouver de nouveaux ressorts, de nouvelles recrues, de nouvelles causes, de nouveaux motifs? Aux lecteurs qui trouveraient la question intéressante, je laisse le soin de méditer leur réponse... Nul ne peut prévoir jusqu'où iront les "frondeurs" du PS. Il faut reconnaître qu'ils ont raison, si on se place dans l'univers mental d'un camp idéalisé dont ils n'accepteront jamais la disparition. Il me semble que l'actuel craquement au sein des socialistes s'explique assez facilement par les précédents revirements idéologiques. Quant à déterminer en quoi, pourquoi et comment les chefs du PS se sont "embourgeoisés", et parfois à ce point, c'est encore un autre sujet. Le Monde est rempli de gens qui se sont cru supérieurement éclairés, habiles et dignes de guider les autres, mais se trouvent poussés sur la touche, quémandant la bonne volonté d'autrui, ou se déconsidérant en de vaines bagarres, ou encore jouant les importants alors qu'ils se sont fait subordonnés. Spectacle instructif de notre état: Embarras, échecs, incohérences, coups de brusquerie, pratiques de manipulation banales que les médias ne prennent parfois même plus la peine de masquer,... Que va-t-il rester prochainement du mythe prétentieux de la "Gauche progressiste par nature" et par nature faiseuse d'"avancées"? C'est bientôt, peut-être, qu'on cherchera plutôt ailleurs dans l'histoire des sociétés humaines les véritables et plus grandes forces créatrices de civilisation.
Didier Viard

Dominique

L'Utopie n'est ce pas vouloir le " paradis " sur terre ? Et tout de suite ? Au pire cela passe par la tentative de création immédiate d'un homme nouveau à la façon de Pol Pot. Au mieux cela conduit à 3.000 milliards de dettes à la façon de la France, en 40 années. En 1971 L'Utopie était le sujet de l'épreuve écrite de philosophie. Ce thème battait le pavé des universités avec notamment (l'américain) Marcuse, auteur de Eros et Thanatos. Tous ces démons terrestres, communistes ou musulmans, ont un point en commun : ils veulent la mort de Dieu. Je parle de Dieu trinitaire. On peut prendre le sujet sous tous ses aspects on en revient toujours là, à mon avis. Mon espoir est grand évidemment même si je sais que le retour du Christ passera par l'Apocalypse. À chacun de faire ce qu'il peut nos seulement pour lutter contre ces démons, mais également ... pour tâcher d'être du côté de "ceux qui seront sauvés".

Dominique

Précisions : l'essai de Marcuse était au programme des grandes écoles de commerce. Et l'épreuve de philosophie sur L'utopie fut celle du concours d'entrée à HEC.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)