Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Pistes de lutte contre les gaspillages | Accueil | Union budgétaire : oui, mais pour quoi faire ? »

mardi 29 nov 2011

Commentaires

Chavane Christiane

Bonjour

Ce dispositif fiscal n'aurait pas lieu d'être si les charges sociales n'étaient pas délirantes pour un résultat nul. Les cours de piano au noir risquent d'augmenter.
Bien cordialement

David

Cher Monsieur,
Je vous propose quelques pistes pour simplifier notre système fiscal :
1)plus d'impôt sur le revenu (impôt anti-économique), mais impôt de 1% sur les actifs financiers payés par les établissements financiers et sur les biens immobiliers déjà amortis 2)plus d'impôt sur les bénéfices des sociétés,mais taxe de 1% sur le passif de leur bilan 3) TVA à 10% sur tout mouvement d'argent (transactions immobilières, consultations de médecins ...), en incluant la TVA sociale 5% ? 4)abrogation du monopole de la SS et mise en compétion de celle-ci avec les mutuelles et les compagnies d'assurance, avec pour corollaire le salaire direct sur le compte en banque des salariés, ceux-ci devant choisir leur système de protection sociale 5)chèque éducation pour les familles et privatisation des établissements scolaires .

Hermès

Bonsoir aux Amis de la liberté individuelle, de la responsabilité professionnelle et de la propriété familiale qui fréquentent le site de Jean-Gilles Malliarakis*

Finalement ces niches fiscales sont des "refuges" fiscaux et sociaux. Comme une zone franche, elles réduisent les impôts et les charges sociales, et par voie de conséquence permettent de créer des entreprises et des emplois.

Cet amendement est, de plus, fâcheux : il attaque les services qui vont au delà de la soit disant politique familiale. Plus que l'aide aux tâches ménagères, ces services apportent du bonheur dans les familles : cours de piano, de gymnastique ... Pour continuer à égayer sa vie, au foyer, il faudra payer le double du prix actuel. ; charges étatiques obligent.

J'allai oublier que la république se fiche du bonheur des gens. Et que la politique est une affaire de subventions et donc, d'impositions.

Ce ne sont en effet pas les refuges fiscaux qu'il faudrait diminuer, mais les subventions ; tenez, prenons par exemple les subventions versées à des associations ayant été créés par des personnels issus de la fonction publique ! Voilà des gens qui sont rémunérés par les impôts et charges sociales - qui ont ruiné notre pays - et qui en plus demandent, et obtiennent, des subventions de la part de leur propre ministère de rattachement. On est jamais si bien servi que par soi même !

D'une manière générale le secteur associatif est scandaleusement subventionné. 1, 10, 100 milliards d'euros par an ? Nul ne semble savoir, tant la comptabilité publique française est un cache misère ! 75 % des 700.000 associations seraient subventionnées par l'Etat, ses préfectures, les régions les départements, et les villes ; les statistiques sont partielles, par ministère :
http://marland-militello.fr/2011/03/30/subventions-ministerielles-2009-%E2%80%93-economie-finances-industrie/

Les députés craignent de réduire ces subventions, de peur d'effrayer les électeurs. C'est plus facile de viser l'accordeur de piano !

Pas étonnant que les sites de conseils pour la course aux subvention soient légion : http://www.associanet.com/docs/subv.html

Elle est pas belle la république ?

P. S. : cette république a d'ailleurs failli me régler mon compte. Sans le secours du Ciel et des hommes, elle y serait peut être parvenu. Car notre patrie subit un génocide économique, perpétué par les politiciens en toute impunité. Et il est peut être trop tard pour se révolter.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)