Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Là où Robespierre et Gorbatchev ont échouéle système présidentialiste à la française ne réussira pas | Accueil | Quelques précisions sur la manifestation parisienne du 30 mai 1968 »

lundi 05 mai 2008

Commentaires

WILLIAMSON

Citation : -" ...Le 30 mai le défilé sans précédent de la droite sur les Champs Élysées avait déjà sonné le glas de l'impression donnée par les manifs agitant les drapeaux rouges et noirs de l'insurrection... "

Mais non, pas du tout : le défilé de la "droite" aux Champs Elysées n'a sonné le glas de rien du tout...

Il a simplement mis un "temporisation", bien fugitive, en ne mettant fin qu'à la première phase de la révolution en marche...

Ensuite, très rapidement, tout a continué comme ça avait commencé : avec la particiption active, l'acharnement méthodique de tant et tant d'individus, de groupements, d'agents plus ou moins organisés, de loges, de factions, de groupes de pressions, de ce qu'on appelait pas encore les "lobbies" mais qui, pourtant, étaient déjà bien là, et fort virulents…

Et surtout, dans tous les champs réputés "de droite" : la plus haute bourgeoisie industrielle et financière, la magistrure, la haute admistration, toutes les élites intellectuelles universitaires, artistiques, médiatiques, médicales etc. etc. …

Tant et tant de ces "élites" supposées être les piliers, les défenseurs, de "l'ordre établi", en fait presque tous ligués à sa perte… Toutes ces élites qui, au cœur même du pouvoir, n'ont eu de cesse de mettre à bas la "France de papa" comme disait Pompidou avec dégout …

Mai 68 a été le "coup de démareur" des grandes manœuvres qu'ils attendaient tous avec impatience.

Rongeant leur frein, enragés de cupidité, obsédés par le désir de faire tomber les frontières traditionnelles de la patrie, de l'Etat, de la Nation… Tous héritiers de la mythologie révolutionnaire et des délires des "lumières"… Rèvant eux aussi de "faire tomber des têtes" comme l'avaient fait leurs ancètres…

Tous les Pompidou, Giscard, Baladur, Veil, Chirac…

Est-ce qu'on peut continuer à faire comme si on ne savait pas que Mai 68 a surtourt été le tremplin de cette génération politique soi-disant "de Droite" qui a tout fait depuis 40 ans pour réaliser tous les fantasmes subversifs des pires maniaques du gauchisme "Lacano-Sartro-Deleusien" ?...

Européisme frénétique, pilonnage de la natalité française liée à un immigrationnisme doctrinaire qui frise l'obsession génocidaire, subversion méthodique de tout ce qui peut représenter un enracinement national, etc. etc. …

On n'en finirait pas de réciter la litanie des politiques soi-disant de "droite" qui nous on mené là où nous en sommes : 20 millions d'étrangers sur 65 millions d'habitants... Une assemblée nationale qui n'est qu'une chambre d'enregistrement, un gouvernement fantoche, un président d'opérette…

Un pays qui n'est plus qu'une circonscription administrative…

Un "peuple" qui s'enfonce dans l'ignorance, le crétinisme, l'imbécillité quasi-clinique… Jouet de tous les pires gourous dans le genre Attali et autres manipulateurs de foules plus ou moins satanistes…

Non, "les 23 et 30 juin 1968 le peuple français" n'a pas "rejeté à une écrasante majorité les désordres fomentés et attisés par l'extrême gauche"…
La manifestation des Champs Elysées a donné cette illusion…
Mais, la réalité des quarante années qui ont suivi, c'est que les agitateurs de Mai 68 ( tous, fils de la bonne et de la très haute bourgeoisie…) et ceux qui à tous les échelons du pouvoir et des institutions ( leurs pères, leurs oncles ) les soutenaient et les encourageaient, ont mis en œuvre leurs slogans, réalisé leurs fantasmes les plus fous, accompli toutes les subversions…


Jean-Marie BRUTY

Bonjour !

Etant étudiant à Besançon à cette époque mythique, je n'ai pas vécu mai 68 comme une révolte.

Mai 68 a bien commencé par les agitations communistes de notre fameux Dany Le Rouge que l'on a expulsé en Allemagne. C'est une première vision de mai 68.

La deuxième que j'ai bien vécu, c'est que tout s'est arrêté. Plus d'essence plus de rvaitaillement. Enfin pas tout à fait car j'avais dégoté une petite station service tenue pas une grand mère fonctionnant encore à la main qui m'avait moi je ne manque pas d'essence. Bizarre !

Pourquoi donc tout s'arrête. Ce n'est pas la révolution communiste. Pour moi c'est le mécontantement de la politique de De Gaulle, plus personne ne voulait encore de cette politique et tout un chacun priait pour ne pas voir le communisme s'installer.

Mai 68 c'est la débacle de De Gaulle pas celle d'un autre. Je suis désolé pour les gaulistes invétés.

Nous sommes dans la même époque avec un 68 rampant et je m'explique.

Le Sarkosisme version chiraquienne qui évite le libéralisme pour créer un national communisme, personne n'en veut. Personne ne veut non plus du communiste revu et corrigé différent soit-disant de celui de l'EXURSS.

Je sens mes concitoyens avec un grand vague à l¨'âme. Les enfants qui galèrent et les vieux qui n'ont plus les moyens de les aider. Un état qui étouffe tout. Une répression grandissante une surveillance exacerbée qui oppresse le contribuable, et dont le politique se sert pour ne pas être dépassé.

La situation est explosive, elle est très malsaine. Il suffit de peu pour que cela éclate. Il manque que le détonnateur de la bombe énorme.

Mai 68 est devant nous, désolé c'est mon opinion.

Dominique

Beaucoup de tristesse dans ce que dit avec réalisme Jean-Marie Bruty concernant la situation actuelle de nos compatriotes.

Sur le fond cela tient en un mot : l'économie du pays est ruinée. Quelle entreprise peut maintenir les salaires avec 100 % de charges dites " sociales " à verser à l'Etat, en plus d'un montant net versé à un travailleur. Même celles qui ont résisté sont contraintes de réagir : délocaliser ou mourir, voilà la réalité devant laquelle elle sont placées ; ET CE SANS QUE JAMAIS LE DEBAT NE SOIT ABORDE EN HAUT LIEU, A COMMENCER PAR CELUI DES MEDIA OFFICIELS ;

Ce matin sur BFM le patron de Latécoère évoque une " nécessaire délocalisation en Afrique du Nord " où des unités de production tournent déjà (ce sont 2.400 emplois en France qui sont mis en jeu) sans que le journaliste ne lui pose aucune question sur les motifs de cette déloc !!!

Rien, absolument rien, il ne restera donc rien de l'économie française dans les secteurs employant un tant soi peu de main d'oeuvre, puisque aucune réforme n'a été entrepise pour faire sauter le fameux système social français qui nous entraine au fond comme un Titanic ...

Et après que se passera-t-il dans ce chaos économique et social annoncé, une fois liquiDées les " pme franco-françaises " ( celles qui par leur taille insuffisante et la proximité de leur marché n'ont pas accès à la délocatisation, alors qu'elles sont concurrencées par les pays que notre système social ne peut détruire) ?

Avis aux futurologues : que se passera-t-il, quand, comment ?

A côté de ce séisme qui nous attend tous, mai 68 ne sera qu'une bavure de notre histoire de France.

Philippe JOSSELIN

Quarante ans après leur déroulement, si les événements de mai-juin 1968 ont fait l'objet de multiples commémorations, ils semblent toujours en attente d'historicisation. Qu'il s'agisse de glorifier ou de condamner le fameux "esprit de Mai 68", on ne manque certes pas d'interprétations au regard des conséquences qu'on veut bien lui prêter, ni même de tentatives d'explication de la crise en fonction de ses causes supposées, mais quant aux événements eux-mêmes, à l'enchaînement des actions et des réactions, au heurt des logiques propres aux différents acteurs (et pas seulement des meneurs et décideurs parisiens)... La vogue du "mémoriel" et le discrédit dans lequel est tenue aujourd'hui l'histoire événementielle expliquent-il le vide historiographique que nous observons ici ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)