Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Petit message pratique de cette fin de semaine... | Accueil | Maurras père putatif des souverainistes.Mais l'ont-ils seulement lu? »

lundi 14 jan 2008

Commentaires

Girard

"le secret de la confession remontant aux plus anciennes traditions du christianisme".
Ne serait-il pas plus exact de dire, non pas du christianisme, mais du catholicisme ?

JG Malliarakis

Pour une fois je réponds, amicalement : non. Après avoir hésité...

Car
1° les catholiques ne sont pas seuls à pratiquer la confession. Les orthodoxes le font également particulièrement en face de fautes graves (ce qui nous ramène au sujet).
2° les "anciennes traditions" renvoient précisément à une époque où la division entre catholiques romains, protestants et orthodoxes n'existait pas.

En cette Semaine de l'Unité des Chrétiens je me fais donc un devoir de l'évoquer "chez moi"...

Merci de l'intérêt que vous prenez à l'Insolent.

minvielle

Salut à tous...à part le petit détail sur la confession, ce qui agrémente mon érudition, je ne suis pas tout à fait d'accord dans ce cas ci: admettons que la source d'un journaliste soit une indiscrétion d'une personne tenue au secret...la loi s'applique?

JG Malliarakis

J'ai bien peur que ce commentaire soit le signe que vous n'avez pas compris ce que signifie le secret des sources dans l'affaire Dasquié.

C'est un peu de ma faute car je souhaite étudier cette affaire "en pièces détachées".

Bien évidemment la personne qui a communiqué le rapport de la DGSE à M. Dasquié l'a fait de manière irrégulière (à moins qu'elle n'ai voulu l'intoxiquer ou le manipuler sur ordre de ses supérieurs, ce qui ressemble au cas de nombreuses affaires, judiciaires notamment).

En ce sens toute "source" a transgressé une règle dans le cas de n'importe quelle information "non officielle".

Si l'on suivait votre raisonnement on ne lirait plus dans les journaux que des communiqués de presse.

Philippe JOSSELIN

Si l'on en croit l'abbé Ambroise Guillois (Recherches sur la confession auriculaire. Le Mans, Fleuriot, 1836) le principe du secret de la confession serait bien antérieur au christianisme :
"On se confessait dans les mystères de Bacchus, de Vénus et d'Adonis. Les prêtres qui entendaient les confessions portaient une clef pendue aux épaules; c'était le symbole du secret qu'il devaient garder."
Pour ce qui concerne l'institution catholique, le quatrième concile œcuménique de Latran (1215), sous le pontificat d'Innocent III, imposa au confesseur le devoir de garder le secret sur ce qui lui a été dit au confessionnal. Le pape Clément VIII rappela ce principe par un bref du 20 mai 1594.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)