Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté en toute liberté par les chroniques d'actualité sociale, culturelle, économique et politique rédigées par JG Malliarakis.

Puisque vous aimez l'Insolent

Contact

« Une CGT plus que centenaire | Accueil | L'imposture écologiste à l'ordre du jour »

vendredi 13 mar 2015

Commentaires

Dubitatif

"La vieille hypothèque qui pèse sur ce pauvre pays, créance inscrite frauduleusement par les communistes rebaptisés "patriotes" en 1945 (1)⇓"

Grâce à "la belle et bonne alliance" dixit De Gaulle avec l'URSS(1944) et avec le PCF.
De Gaulle refusant l'Alliance offerte par l'Etat Français.

Robert Marchenoir

Vous semblez juger le néo-stalinisme assez marginal. J'ai plutôt l'impression qu'il est majoritaire.

Il est non seulement représenté par les chevènementistes au sens large, mais aussi, et au premier chef, par le Front national, qui à bien des égards est le parti communiste reconstitué.

Marine le Pen vient même de porter plainte contre un journaliste de France 2 auprès du CSA pour... "mépris de classe et racisme social" ! Back to the USSR ! Je sens déjà les gaz d'échappement des Trabant et le parfum du saucisson soviétique !

N'oublions pas le parti pro-russe, fort puissant en France, dont le FN est l'un des piliers, mais où il se retrouve en fort éclectique compagnie : de l'UMP au Front de gauche en passant par le PS, des politiciens aux hommes d'affaires en passant par les universitaires et les médias alternatifs, l'allégeance à Moscou et la haine des Etats-Unis et d'Israël sont les choses les mieux partagées du monde.

Plus que jamais, la France mérite son sobriquet d'URSS qui a réussi (pour le moment).

Catoneo

Pauvre monsieur Sapir qui depuis plusieurs années court derrière "l'inéluctable" annoncé et l'attend encore, comme d'autres l'imam caché.
L'EHESS n'est vraiment pas exigeante dans le recrutement de ses mandarins.

Rouletabille

En Gironde le PC a autant de chances d'avoir un élu qu'une chatte d'accoucher d'une souris.

C'est dans la perspective des nombreux face à face du second tour avec le FN que le sieur d'Amecourt racle les fonds de tiroir de la volaille gauchiste.

Discours électoral, donc vide de contenu.

Petite réponse : vous avez raison, mais c'est précisément le principe, ici inacceptable, qui importe, au-delà des élections.

Robert Marchenoir

Sapir est clairement un agent d'influence et de désinformation piloté par le SVR.

Pour qui connaît les méthodes du KGB, il n'y a pas d'autre explication à son site Russeurope. Ce n'est pas un banal site pro-russe, mais un site qui répercute servilement les bobards de la propagande du Kremlin au moment même où le Kremlin les lance, les uns après les autres, aussi invraisemblables soient-ils, avec une absence de scrupules intellectuels parfaitement incompatible avec la façade universitaire du personnage.

Allez voir si vous ne connaissez pas, c'est ahurissant. Les commentaires ne sont ouverts qu'en apparence, bien sûr. Jamais un seul n'est publié, donc impossible de lui apporter la contradiction ou de lui demander des explications.

Sapir n'aura pas été le seul intellectuel français agent des services secrets russes, mais du temps du KGB, ils s'efforçaient d'être plus discrets. Sous l'ère Poutine, c'est tout juste s'ils ne mettent pas une casquette de l'armée soviétique. Pardon, russe.

Robert Marchenoir

Une preuve de plus de ce que j'avance sur Jacques Sapir : alors que toute la Russie, en ce moment même, se demande si Poutine, invisible depuis une semaine, n'est pas mort, alors que l'assassinat de Nemtsov apparaît de plus en plus comme une lutte de clans entre le FSB et Kadyrov, l'âme damnée de Poutine qui dirige la Tchétchénie, alors que Poutine semble perdre l'autorité incontestée qui était la sienne à la tête des différentes factions du pays, alors qu'on est peut-être à un tournant historique du régime, que fait le grand expert de la Russie Sapir sur son site, lui qui est si prompt, d'ordinaire, à répercuter le moindre pet de propagande sur l'actualité en provenance de Moscou ?

Il publie un passionnant article sur l'économie russe dans les années 30, et un autre sur l'économie russe et la guerre de 14 !

Forcément, il doit être un peu en manque d'instructions ces jours-ci, puisqu'ils sont tous occupés à se mettre sur la gueule au plus haut niveau...

Là où un véritable expert, un spécialiste impartial et digne de foi aurait l'oreille collée au sol et multiplierait les échos en provenance des médias russes, les analyses à chaud, les hypothèses, Sapir fait le contraire, se tait complètement, et se redécouvre universitaire distingué passionné par l'histoire de la guerre de 14 !

Emile Koch

Papa Sapir est intéressant, lui aussi
http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Sapir

Dubitatif

La FranSoviétie est bien soutenue par les journalistes
(80% votent extrême-gauche), par les profs (même vote), et les ... banques !

Robert Marchenoir

Même déconnexion anormale de l'actualité chez un autre agent russe, Aymeric Chauprade, dirigeant du Front national : alors même que les kremlinologues indépendants se demandent si un coup d'Etat n'est pas en cours en Russie, il publie, mercredi dernier, sur son site Realpolitik, un pensum de plus d'Ivan Blot rempli "d'éléments de langage" directement issus de Moscou, mais qui datent de plusieurs années déjà.

On admirera la fin de son article, où il a le culot de prétendre : "Il ne faut donc pas s’attendre à une déstabilisation de la Russie mais plutôt à une déstabilisation en Europe occidentale."

Juste au moment où experts russes et internationaux se demandent si les forces de sécurité ne sont pas en train d'écarter Poutine du pouvoir !

http://bit.ly/1ADmWDW

http://bit.ly/1G4Ev4q

http://bit.ly/1ADn32m

http://bit.ly/1Ch4057

Le tract de propagande poutiniste d'Ivan Blot a été mis en ligne le 11 mars, alors que Poutine a été vu pour la dernière fois en public avec certitude le 5 mars...

Robert Marchenoir

Catherine Fitzpatrick, l'un des bons observateurs de Moscou, qui vit aux Etats-Unis, faisait la même remarque que moi, le lendemain de mon commentaire et la veille de la réapparition de Poutine, aujourd'hui, à Saint-Pétersbourg :

"What's funny -- eerie funny -- is the Dogs that Do Not Bark. The usual Kremlin propagandists on Twitter and Russian TV and the whole Novorossiya gang are strangely quiet."

Ses hypothèses tiennent toujours :

http://3dblogger.typepad.com/minding_russia/2015/03/what-i-think-is-going-on-in-moscow.html

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.