Ma Photo

Présentation de l'Insolent

  • Le site de L'Insolent est alimenté par les chroniques de JG Malliarakis. L'Insolent est membre du Réseau LHCRéseau LHC.

Catalogue des Editions du Trident

Contact

« Égalitarisme hexagonal contre liberté du travail | Accueil | Le temps des casseurs et des provocateurs »

mardi 19 oct 2010

Commentaires

I. K.

"Pays et culture quatre fois millénaires, la Grèce ne requiert, semble-t-il, ni compliments inutiles, ni faux amis. Elle sait abandonner aux Turcs cette stérile cohorte de courtisans."

Les quelques victoires que les Turcs ont remportées face à leurs ennemis à l'époque contemporaine, ils ne le doivent pas à la générosité d'amis (qu'ils n'ont pas), mais avant tout à leur seule volonté en effet. Les Turcs ont tenté de se frayer un chemin entre les grandes puissances, pour éviter de se faire écraser par l'une en se faisant manipuler par l'autre (une question de simple survie), alors que les Grecs (à la fois membres de l'OTAN ET de l'UE) peuvent avec plus de souplesse et d'aisance qu'eux (et que les Arméniens ou Kurdes enclavés) jouer sur plusieurs tableaux : atlantisme, russophilie, tiers-mondisme, etc. Les Grecs ont pour eux l'Antiquité et l'invention de la démocratie, ce que n'ont pas les Turcs, dès lors ce seront toujours les premiers qui seront perçus du bon côté de la ligne séparant la "civilisation" de la "barbarie", et ce seront toujours eux qui bénéficieront de la compassion des "bonnes âmes" romantiques des grandes capitales occidentales. Pas grand chose n'a changé depuis le XIXe : les victimes musulmanes des crises balkaniques et autres guerres ne sont que des feuilles mortes balayées par le vent de l'indifférence, il n'en va pas de même pour les chrétiennes.

Si les Turcs doivent manoeuvrer hardiment, ce n'est pas pour acquérir un soutien contre quelqu'un de bien précis mais pour ne pas se retrouver au milieu d'une hostilité générale et coordonnée (et plus le temps passe, plus j'ai l'impression qu'on s'en approche par la faute d'Erdogan-Gül). Le rapprochement récent de la Grèce avec Israël, par exemple, n'a pas remis en cause, que je sache, les bonnes relations entretenues avec le monde arabe depuis l'époque des colonels, de Makarios et du premier Papandréou. Par contre, si les Turcs se diversifient diplomatiquement, cela fait beaucoup, beaucoup de bruit, et entraîne des retombées (et des insultes maintenant quotidiennes).

Les positions de chacun ne sont donc pas aussi également inconfortables, à la fois géopolitiquement et médiatiquement. Les quelques grimaces devant les tracas économiques de la Grèce ne sont pas grand chose, honnêtement.

Je ne crains pas la haine des ennemis avérés de la Turquie, je crains l'éclaboussement par la bêtise discursive de ses pseudo-amis, cette "stérile cohorte de courtisans" comme vous dites, qui s'amourachent du gouvernement démagogique actuel sous divers prétextes ("réformes", "libéralisation", "fraternité musulmane").

o'icaros

c'est à dire que l'auteur n'admet pas les critiques. C'est encore un grand démocrate.

Petite réponse : vous faites ici allusion à la mention installée par "Typepad" sur la "modération" des commentaires et sur "l'approbation" : c'est un mention légale.
Elle correspond au fait que les "commentaires" s'ils ont diffamatoires à l'encontre des personnes ou illégaux tombent sous le coup de la responsabilité éditoriale du site.
Pour ma part, si j'accepte volontiers les critiques, quand elles ne sont pas injurieuses, si je me refuse à censurer, je ne me prétends aucunement un "grand démocrate". (Je vous suggère de re-lire la Lettre VII de Platon à Dion : les accusateurs de Socrate étaient déjà de "grands démocrates.")
Cordialement

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.